Eletric Eric

Tout récemment, j’ai été abordée par le sexshop ruedesplaisirs.com pour me proposer d’essayer un de leurs produit afin d’en faire un article. D’ailleurs, je les remercie pour ce geste. J’ai préféré les laisser me suggérer un de leurs sextoys plutôt que de choisir moi-même, pour ne pas être ni trop gourmande, ni pas assez. J’ai été surprise et ravie de découvrir ce qu’ils me proposaient, car c’est quelque chose que je n’ai jamais eu la chance d’essayer auparavant. J’étais enthousiaste et impatiente…

Aujourd’hui je vous parle d’un gode vibrant très high-tech, doté d’un petit (grand) quelque chose en plus : l’électrostimulation! Il s’agît donc d’un gode hors du commun et très haut de gamme. Pour avoir mon avis et mon ressenti, qui en vaut vraiment le détour, c’est par ici !

A priori, l’électrostimulation est une pratique qui se généralise de plus en plus dans la sphère sexuelle et plus particulièrement BDSM. Je jette un œil très attentif à la description et j’en salive déjà.

Voici donc ce que je peux lire sur l’objet, une description disons sérieuse et technique qui ne laisse présager que de bonnes choses :

« Le Vibromasseur Electric Eric Mystim combine à la perfection les vibrations et la stimulation électrique. Sa forme généreuse permet une stimulation du point G et interne intense.

Enfin un sextoy électro-sexe sans câbles, ni appareil d’électrostimulation. Mystim Eric eStim délivre 8 modes de vibration différents avec 5 niveaux d’intensité, disposant de 2 moteurs pour des vibrations puissantes et ciblées. Il dispose également de 5 modes de stimulation électrique disposant de 10 niveaux d’intensité, les surfaces conductrices courent tout le long de son corps. Le tout est contrôlé facilement depuis les boutons sur son manche.

Electric Eric se recharge par USB et son cordon magnétique est inclus. Il est waterproof pour une utilisation sous la douche ou dans le bain et mesure 27 cm par 3,8 cm.

Mystim est une marque allemande haut de gamme et un gage de qualité, spécialisée en électro-sexe.

Nous vous recommandons l’utilisation d’un lubrifiant à base d’eau afin de préserver le silicone. Nettoyez bien votre sextoy avant et après chaque utilisation avec un nettoyant sextoys adapté..»

La description précède à une jolie vidéo promo que voici :

La description fait franchement rêver ! Ce gode est un objet sérieux, classe et complet ! J’ai eu franchement hâte de le recevoir.

Lorsque je l’ai enfin eu entre les mains, c’était l’affolement ! Ne voulant pas faire n’importe quoi avec ce gode et connaissant quelqu’un de très compétent et expérimenté en matière d’électrostimulation, j’ai préféré me faire accompagner. J’ai donc décidé à la réception de ne pas me jeter sur « Eric » comme une sauvage et laisser tout le plaisir à mon ami en question que nous appellerons Marc.

J’ai donc pu prendre le temps de le regarder, de le découvrir visuellement : le packaging est franchement classe, je comprends vite que l’objet que j’ai entre les mains est plutôt du genre très sérieux. J’ouvre le carton et découvre une très belle pochette plastifiée noire mate que l’on ouvre avec une fermeture éclair. A l’intérieur, j’y retrouve le gode, un cordon de chargement USB et un manuel. (il existe en noir et en blanc comme vous pouvez le voir sur le site)

Je lis le manuel qui est très instructifs et qu’il est indispensable de lire avant tout chose. Comme le dit la description du site, Eric comporte à la fois plusieurs modes et plusieurs intensités de vibrations (le gode à deux moteur de vibrations) et c’est pareil pour l’électrostimulation, qui peut être soit latérale, soit sur le gland ou encore les deux, de façon saccadée, à différents rythmes, etc. Je découvre également qu’il y a un mode « vert » de rééducation périnéale et je trouve ça assez bien pour un si petit objet de posséder autant de qualités.

Le manuel met également en garde les porteurs de pacemaker, les malades du cœur que ce sextoy leur est totalement proscrit.

L’objet est beau et raffiné, il est en silicone sauf en son manche qui est en plastique dur et lisse, les boutons sont gros et en relief, beaucoup plus facile pour les deviner sans les voir. Même le mode de recharge est classe : c’est par magnétisme que le logo au bout du fil de chargement se colle à celui du gode.

Ma patience ayant des limites, je ne résiste pas à l’idée d’essayer l’objet malgré tout.  Je prends donc « Eric » en pleine main (oui oui, j’aime beaucoup l’appeler Eric, au même titre que j’aime donner des noms à tous mes sextoys d’importance, pour lui c’était déjà fait.) J’allume l’objet et je ne ressens rien sur le premier pallier du premier mode, le niveau 2 me donne de très très légers picotements aux doigts, le troisième intensifie le phénomène et ainsi de suite. A partir du niveau 5 selon moi les choses deviennent déjà plus sérieuses, mais ce n’est pas réellement de la douleur que je ressens, c’est assez indescriptible, mes doigts sont comme figés sur le sextoy et lorsque je les bouge un peu, je prends de véritables décharges, plus ou moins fortes selon le niveau (qui va jusqu’à 10)

Pour illustrer tout ça, j’ai trouvé cette petite vidéo sur youtube :

Je suis vraiment impatiente de l’essayer à l’intérieur de moi. Je fantasme sur ce gode et j’ai du mal à me le sortir de la tête. Je trouve le temps long…

Lorsque je rencontre mon ami pour s’essayer avec Eric, toute mon attention est concentrée sur l’électrostimulation. Marc le teste lui aussi au creux de sa main. Il semble épaté au niveau deux, souris au niveau trois, et retire sa mains par réflexe au niveau quatre. Et moi je ris aux éclats : qu’il me mette ce truc au fond de la chatte une bonne fois pour toute à la fin ! Fini les discussions, je n’ai plus la force d’attendre. Marc me dit que dans mon antre humide, l’électricité sera encore mieux conduite et que je risque de déguster davantage : je n’ai absolument pas peur, d’ailleurs ça m’excite davantage !

Je découvrais là un phénomène assez étrange, l’effet est plutôt doux et moindre par rapport à ce que je peux ressentir d’Eric dans ma main. La nature a voulu faire les choses bien en désensibilisant nerveusement le vagin, et là j’en fais les frais… Je ne ressens que des picotements à mes lèvres : la partie innervée à l’entrée de mon vagin car elle est en contact avec le gode. C’est d’ailleurs pour cela qu’il faut absolument allumer et éteindre l’électrostimulation que lorsqu’il est en position dans le vagin, pour ne pas se prendre de « coup de jus » lors de l’introduction et du retrait, car comme me l’explique Marc : ce qui compte c’est la surface de contact, moins il y en a et plus le signale est fort ! Extraordinaire : me vient en tête le flash de cet objet pointé sur mon clitoris ! Mais je tiens trop à mon clito pour lui faire prendre le moindre risque de le désensibiliser : je suis une vraie chochotte. Nous arrivons donc très rapidement au niveau 5 et là je commence à ressentir des choses cette fois. C’est plus fort que des fourmis mais moins fort que des piqûres… C’est saisissant ! Je n’arrive pas à rester calme et mon bassin ondule sans même que je n’en sois vraiment consciente.

Le fait d’être avec Marc me permet aussi de me libérer totalement, de ne pas avoir à me soucier du gode, de son maintien et de sa manipulation. C’est un confort de taille. Il est si agréable de se laisser ainsi accompagner au plaisir.

Moi qui pensais souffrir de l’électrostimulation, je me suis tout simplement trompé. Il s’agit vraiment de la stimulation et rien d’autre, c’est une sensation à part entière. Marc change de mode : cette fois, en plus des deux bandes latérales, le gland d’Eric stimule lui aussi, et là c’est encore différent. Je sursaute sous l’effet de surprise. Le gland stimule mon point G et je commence à comprendre qu’il est pour moi possible de jouir comme ça. L’idée m’est fabuleusement attirante !

Je ferme les yeux, insuffle et me concentre. J’essaie de ressentir les moindres petites stimulations, j’essaie de contracter le vagin pour enserrer l’objet et je prends des décharges à chaque fois, c’est incroyable ! Mes mains se crispent et mes pieds aussi. Ça monte, même si c’est assez laborieux. Je crois que je découvre là un plaisir tout nouveau et je dois laisser les choses se faire en leurs temps… La crispation est de plus en plus forte et les picotements sont de plus en plus profonds. Je finis par jouir sous l’objet.

Je demande aussitôt à Marc de tout arrêter, car ça devient tout de suite désagréable, ce n’est pas le genre d’objet avec lequel on pourrait enchainer les orgasmes, enfin de mon point de vue et de mon ressenti actuel.

Après ce moment de jouissance bien nouveau, j’étais lessivée… Je n’avais plus aucune énergie en moi. Je crois surtout que j’ai dû tellement bouger, spasmer, contracter que je me suis littéralement vidée les batteries toute seule. Eric a absorbé toute mon énergie !

Je pense cette fois que j’ai besoin de me familiariser davantage avec l’objet pour en découvrir toutes les subtilités. Nous n’avons testé finalement que deux modes et sans vibrations associés.

J’ai eu par la suite l’occasion de l’essayer de nouveau, et j’ai fais plusieurs constats. Premièrement la combinaison des deux modes me parasite un peu, lorsque j’allume l’électrostimulation, j’aime à ce qu’il n’y ait aucune vibration. Par ailleurs, j’utilise l’objet en mode vibration comme un gode tout à fait normal, bien que ses deux moteurs soient un atout non négligeable qui le place bien au dessus de tous les autres godes vibrants que j’ai pu connaître jusqu’alors. Ensuite, je me rends bien compte que mon corps s’habitue à l’électrostimulation, et il l’accueille de mieux en mieux à chaque fois.

Aujourd’hui, j’ai l’impression de pousser une porte avec cet objet, celle de l’électrostimulation. Avec un peu de recul et de fouine ci et là, je découvre qu’il y a tout un marché de stimulation électrique dans le domaine du sextoy et j’ai vraiment envie d’y plonger pleinement. Paddle, électrodes, etc. Mais j’ai du temps devant moi et pour l’instant je savoure mon plaisir avec Eric.

Je ne suis pas du genre à exagérer mon propos mais je crois très franchement que c’est une expérience qu’il faut vivre au moins une fois dans sa vie sexuelle. Après, je crois que c’est à l’appréciation de chacun : ça plait ou ça ne plait pas. D’ailleurs, il ne faut pas être nécessairement masochiste pour aimer ça je crois. Car oui, on peut jouir de l’électrostimulation sans douleur.

Retrouvez ce sextoy en vente chez mon partenaire ruedesplaisirs.com en cliquant ici.

Ce gode existe aussi sous deux autres formes légèrement différentes, comme vous pourrez le voir sur le site.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *