Première séance

Nous allions nous rencontrer pour la première fois de façon plus organisée, plus libre aussi et surtout plus BDSM. Nous étions tous les deux impatients de cette nouvelle rencontre… Je n’avais pas la moindre idée concrète de ses capacités de dominant, mais je n’étais pas inquiète. Il est des choses que l’on ressent instinctivement chez les gens et pour lui c’était clair.

Le gout du renouveau 

Faire le deuil de sa précédente histoire est une chose, penser à l’avenir une fois seule lorsque l’on est une soumise en est une autre… Voici ma réflexion à ce sujet, parce que je le vis, parce que je suis en plein dedans. Et si je vous l’écris, c’est parce que je ne suis pas la seule dans ce cas… 

Le chat et la soumise

J’avais juste envie de mettre un visage sur son nom, de croiser son regard, toucher sa peau de ma main tremblante. Faire de lui quelqu’un de réel, après ses longs échanges, cet effeuillage virtuel, avec son lot de frustration. C’était simple, facile entre nous, et ça m’a fait énormément de bien. Je voulais le rencontrer, j’y tenais très fort.

Trouver son Maître

Dans cet article, je vous livre mon avis, ma réflexion au sujet des rencontres Maître/soumise. Pour pouvoir, je l’espère, vous apporter des éléments de réponse à vos questions, mon raisonnement subjectif afin même d’éliminer de vôtre côté certaines difficultés.

Récit d’une chaude soirée d’été

Récit d’une soirée en charmante compagnie, à la redécouverte de mon plaisir. Entre jeux uro, baume du tigre, plaisirs vanille et coups de cravage, venez découvrir mon article juteux.

Sortir du silence

Après un long mois sans vous écrire, me voici de nouveau en train de caresser les touches de mon clavier, à mon plus grand plaisir. Il m’a semblé important de faire une pause avec le blog. Je me suis retirée et j’ai quelque peu abandonné Clarisse Calliopé pour me ressourcer, sans disparaitre pour autant.

Interdépendance

Très régulièrement je lis et j’entends cette petite affirmative délicate qui revient à dire que dans le fond, c’est toujours la soumise qui possède le vrai pouvoir dans la relation BDSM. Certains vous dirons que oui, d’autres que non… Et moi, je me pose des questions. Aujourd’hui, c’est à vous que je décide de les poser. J’aimerais réussir dans ce petit article à réveiller une certaine réflexion éthique à ce sujet, parce que je crois que tout n’est pas si évident que ça.

Le dernier des jours sans

« Apprenez à donner de votre absence à ceux qui n’ont pas compris l’importance de votre présence »