Appelez moi Clarisse…

Jeune soumise de 23ans, je prends l’initiative, sur les bons conseils de mon Maître de commencer la rédaction de mes « mémoires de soumise » en ouvrant mon journal de soumise aux yeux de tous.

J’ai dans le devoir et l’objectif de m’exhiber par mes écrits.

Je me veut sincère et authentique. Je ne cherche ni à faire du commercial ou du publicitaire pour qui ou quoi que se soit. Il n’est question ici que de satisfaire mon maître et d’en tirer le plaisir que j’y trouverais.

Vous raconter spontanément mon parcours, même si ma relation est naissante et que je ne sais encore aujourd’hui ou elle me mènera, je ne pense pas qu’il soit prématuré d’en parler dès aujourd’hui. Parler à chaud de mon vécu est une opportunité à saisir. Mon Maître a bien compris que j’aimais énormément écrire, lui écrire surtout. Et il souhaite me mettre en lumière, m’ouvrir.

Assez discrète en tout temps et en toutes circonstances (ce que j’estime comme une qualité fondamentale de soumise) Je n’ai pas un caractère d’exhibition et encore moins de prétention. Mon maître souhaite m’ouvrir, selon ses désirs, m’exhiber, et me travaille si bien que j’y prends goût. Afficher ma soumission et mon masochisme en toute simplicité, avec sincérité.

Vous parler de mon initiation de chienne, donner envie et susciter la critique et le débat. Dans le fond je souhaiterais décaricaturaser la relation SM et D/s, rafraichir l’image que l’on s’en donne. Pourquoi pas inspirer mes lecteurs et lectrices. Partager quelque chose qui me passionne et me plaît, transférer mon savoir et apprendre moi même, donner l’envie, ouvrir les esprits.

Chez moi je le dis sans tergiverser : c’est noir, très noir… Abyssal… A s’y perdre… Corps et âme… Je suis souvent encore honteuse de la noirceur de mon âme, mais dans la soumission, j’apprends à assumer, et à en être fière. La société m’inflige une ligne de conduite que je suis à la lettre en bonne soumise qui se respecte, mais refouler mes vices et mes perversions intérieures et sexuelles n’est pas une fin en soit pour moi. Voilà pourquoi je suis ici, au pied de Monsieur, parce que j’aime cela, c’est le seul moyen pour moi de me sentir vivante, à ma place, soumise… Pour m’épanouir réellement. M’enseigner l’acceptation et l’épanouissement, c’est un travail de tous les jours auquel mon Maître s’emploie très remarquablement. Rien que pour ça je lui en suis profondément reconnaissante. Et c’est bien ça qui me plaît, m’excite et me happe chaque jour un peu plus vers la soumission. J’apprends à écouter, à être docile et disciplinée. A jouir sous ses doigts agiles toujours mieux et toujours plus fort, intensément. Qu’il me fasse mal ou non, qu’il me frappe ou me caresse, fermement ou avec douceur.

Je ne le cacherais jamais, je ne suis pas une soumise parfaite, juste une soumise en devenir… Celle de mon Maître très exactement, celle de personne d’autre, qu’il façonne et éduque à son image. Mais ce qui fait de lui sa qualité c’est sa considération pour moi… Une personne qui à compris que je prenais mon plaisir à être malmenée, déconsidérée et humiliée. C’est ce qui fait de lui mon Maître, un homme bon et juste avec moi, qui connais mes besoins, et les comble selon ses désirs.

Je n’ai qu’un seul et unique let motive, le fruit même de ma condition de soumise: le satisfaire.

Je suis ici pour lui, à lui. Et chanceuse je l’admets, mon Maître me le rend merveilleusement bien.

Voici alors pour lui, pour vous, mon récit authentique, ma pensée sincère, et mes réflexions subjectives.

Je vous souhaite une bonne lecture, et je l’espère aussi, bien du plaisir à me lire.

Clarisse

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *