BDSM et confinement


La meilleure des façons de vivre le confinement serait d’avoir la possibilité de le passer avec son Maître ou sa Maîtresse. Ce qui est malheureusement peu le cas dans la réalité. Voilà environ un mois que la France entière se confine en sachant maintenant que cela durera encore tout autant.


Alors voilà, comment composer la relation à distance ? Comment gérer certains sentiments comme la solitude ou encore la jalousie, la déception ? Vivre loin des personnes que l’on chéri le plus au monde est sans doute quelque chose d’assez complexe à vivre, mais cependant bien loin d’être insurmontable. Cet article vous livre ma vision sur les choses.


 Ces émotions qui nous dévorent…

L’introspection est la meilleure des stratégies à adopter. Se recentrer sur soi et faire longuement maturer ses émotions afin de ne jamais rien faire sur un coup de tête qui pourrait provoquer bien des dégâts. Que ce soit la solitude, la tristesse de se rendre compte que vous êtes seul à nourrir la relation dont l’autre se désintéresse vraisemblablement, la jalousie de savoir l’autre dans sa vie vanille, s’épanouir tandis que vous êtes seul.e à l’attendre en mettant toute votre vie en pause pour lui. L’introspection, ça à beaucoup de bon, mais quand on est un peu radical comme moi, il est possible en une fraction de seconde de faire des virages secs un instant puis des demis-tours totalement incontrôlés. On est noyé sous les ressentis, car on peut être amené à ressasser beaucoup de choses… Laisser ces ressentis vous envahir et puis ensuite passer pour vous apporter enfin davantage de sérénité. Aussi, pour cela, l’écriture est une vraie thérapie : noter toutes ses émotions hors de contrôle qui vous donne l’impression que tout vous échappe et vous verrez, au fil du temps les choses s’apaiser… Aussi, et surtout, entourez-vous de positif. Votre Maître.sse vous oublie, contactez d’autres personnes auxquelles vous tenez, des gens qui eux seront très heureux de cette prise de contact.


La communication ; sainte technologie !

Se savoir loin physiquement peux contre toute attente nous rapprocher vraiment. C’est une certitude. Nous avons plus de temps libre et Internet nous sauve quand même franchement la vie. Les réseaux en général. Vivre séparés physiquement n’interdit pas de longs échanges entre nous. Justement, cela laisse le temps de se dire des choses qu’on à jamais vraiment pris le temps de dire avant, de communiquer davantage sur ses pratiques et, ce que je préfère personnellement par-dessus tout, maturer et faire naître des projets pour l’avenir. Eh oui, vous êtes-vous posé la question de l’après-confinement ? Qu’allez-vous faire sur le plan BDSM ? Peut-être que ce confinement vous aura donné envie de sauter le pas sur bien des thèmes. Participer à un Munch ? Acheter du nouveau matériel ? Organiser des soirées privées très particulière ? Assouvir un fantasme ? Il est temps, nous l’avons bien compris en perdant peut-être certains de nos proches, en voyant les beaux jours depuis notre fenêtre qu’il était temps de profiter réellement de la vie, car elle ne tient, nous le savons plus que jamais, qu’à un fil !


Faire le point


Le confinement et l’introspection permettront, j’en suis convaincue de nous permettre de s’évader intérieurement et d’enfin prendre le temps de se poser des questions qu’on n’aura sans doute jamais pris le temps de se poser en ayant la tête noyée sous la charge mentale du quotidien de nos vies bien remplies. Regardez-vous de l’extérieur, avec un peu de recul… Êtes-vous heureux dans cette vie ? La situation BDSM que vous vivez, la subissez-vous ? Vous épanouit-elle vraiment ? N’êtes vous pas esclave et dépendante au point de vous oublier vous-même alors que l’idée de départ était plutôt de s’épanouir.


Voici donc mes quelques petits « tips » confinement comme je n’en ai jamais fait auparavant. Je n’ai pas vocation d’être moralisatrice dans mes articles, ni sembler être porteuse d’un savoir absolu. Vous l’aurez peut-être compris, j’expose ici des conseils, car ils me servent aujourd’hui à moi avant tout, car tout comme vous peut-être, je subis ce confinement avec beaucoup de pénibilité morale. Un confinement qui réussit brillamment à mettre le doigt là ou ça fait mal. Alors je décide de faire un bras de fer aux idées noires et prendre plutôt ça comme une belle opportunité de repenser ma vie, mon bonheur. Apprendre aussi à prendre davantage soin de moi comme vous devriez le faire aujourd’hui. Nous ne le dirons jamais autant que depuis ces dernières semaines : prenez soin de vous, c’est important…

Et si jamais vous avez besoin de parler, je suis là également, comme je le suis depuis la création de ce blog et comme je le resterai. Clarisse-calliope@soumise-blog.com

Répondre à Galathee Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *