Concept autour de la soumission

Soumission

Il est nécessaire avant tout de poser les bases, pour arriver à connaître et comprendre ce qu’est la soumission réellement, il est largement temps de dire les choses comme elles le sont et d’arrêter les clichés sérieusement. La soumission ou l’action de se soumettre veut dire pour moi accepter d’être et de se sentir inférieure à, en avoir l’envie et le désir profond c’est autre chose. Accepter (de plein gré, et très naturellement) le fait que le pouvoir ne m’appartienne pas concernant la situation (et il n’est pas forcément question de sexe). Il s’agit de perdre son autonomie, devenir dépendant de ce à qui ou à quoi nous nous soumettons. Je me soumets à mon Maître spontanément, j’en suis désireuse, et c’est là ou se trouve ma place, là ou je me sens moi, pleine et entière, je ne souffre aucunement de ce statut d’infériorité, c’est même très exactement ce que je recherche.

Après, rien n’est jamais tout beau et tout rose avec tous les dominants loin de là et donc dès le départ, personne ne peut deviner à l’avance si le dominant sera digne ou pas d’obtenir la seule et unique faveur que sa soumise à le pouvoir de lui offrir ou non : le titre de Maître à ses yeux. Et en un sens, de se soumettre véritablement à lui. Cependant, il n’est mentionné nul part qu’il faut obligatoirement se laisser soumettre uniquement par de « bons » dominants, à chaque soumis de se soumettre à la personne qu’il ou elle désir, à chacun ses souffrances, et quelle qu’elles soient, y trouver son propre plaisir (ou justement pas).  Malgré tout, beaucoup dominent mais très peu Maîtrisent…

Le contrat

Il peut être au besoin nécessaire de créer un contrat à la naissance d’une relation D/s, personne n’est meilleur soumis s’il se donne aveuglement dès le départ, juste un peu inconscient, après chaque expérience est tellement unique qu’il est vraiment impossible de donner des vérités absolues en la matière. Personnellement je pense qu’un contrat ça s’abandonne, parce que si la relation aboutie réellement, il devient tout simplement obsolète. C’est déjà la preuve du sérieux de la démarche que de proposer un contrat. Et le signer par la suite c’est lourd de sens non ? C’est s’engager. Je trouve que c’est un bel acte de don de soi d’entrée en soumission que d’écrire, signer et consentir vouloir se donner à quelqu’un. Après dans les comtes de fées BDSM (oui oui, cela existe, beaucoup, bien plus que vous ne le pensez d’ailleurs, suffit d’ouvrir l’œil un instant) il n’y a jamais ni contrat ni safeword: magique ! Mais je pense que c’est important de le dire pour faire déculpabiliser certain; avoir un contrat n’est pas une tare dans le monde BDSM. Ce contrat ne dois juste pas servir ni de porte de sortie rapide a la soumise, ni d’état de main mise facile pour le dominant.

Confiance

C’est important aussi de prendre un temps nécessaire pour ne pas s’engager avec n’importe qui. Un Maître ne se trouve pas sur commande, je pense qu’il prend petit à petit son pouvoir naturellement et la soumission s’installe de faite très spontanément. Voila pourquoi la confiance est une des bases fondamentales de la relation, et que sans ce climat, rien n’est possible, enfin rien de sain en tout cas.

Envie, désir de soumission.

Nous pourrions être étonnés de savoir le nombre réel de femmes soumises autour de nous, je pense simplement que la seule différence entre elles et la soumise avoué est une question d’envie et de désir. Je sait bien que ça peut paraître simpliste ce que je dis là mais la soumise l’est par nature sauf qu’elle ne le sait qu’inconsciemment et ne choisi de s’assumer qu’en le devenant réellement. S’assumer n’est pas une évidence pour chaque soumise, c’est accepter d’avoué son infériorité ce qui n’est pas facile je le conçoit, je l’ai vécu moi même. Être une personne forte ne veut pas dire supérieur, une personne forte c’est quelqu’un d’épanoui dans la situation dans laquel elle vie, qu’elle vie dans un équilibre qui lui est propre. Une personne lambda pourra toujours croire que j’ai penché du côté « obscure » ce qui n’est pas totalement faux (enfin si totalement faux sauf qu’a l’heure d’aujourd’hui, je n’en suis encore pas arrivé à le comprendre totalement, je crois que je n’ai pas encore fait le chemin nécessaire. Je me trouve si noir encore… J’assume ma condition mais j’ai encore honte de tous mes penchants sexuels…) mais en réalité, j’ai choisi de vivre ma soumission, sainement, de vivre tout court, et de m’épanouir sexuellement ! J’ai décidé de voir mes réalités en face et de choisir le Maître au dominant et aujourd’hui je ne suis plus en perdition, ni à la dérive, en proie aux rapaces.

J’ai simplement décidé d’être qui je suis vraiment; soumise.

Fragilité/vulnérabilité

Se soumettre rend fragile et vulnérable, se soumettre c’est se donner, et se donner implique de faire tomber nos résistances, c’est tout l’art de la domination, que d’arriver à mettre sa soumise à nu, de faire oublier un contrat et obtenir la confiance absolue. Ce n’est pas quelque chose qui s’acquiert en un claquement de doigt. C’est un travail long et délicat. Mais se donner à son maître, accepter d’être mis à nu, de ne l’être que pour lui, c’est la preuve la plus aboutie de la force de domination d’un Maître envers sa soumise. Se sentir fragile et vulnérable entre ses mains est une chose des plus précieuses et des plus intime qu’une soumise soit possible d’offrir à son Maître. Un aboutissement peut être ?

don de soi

Ces trois mots là résonnent en moi,… incroyablement! Melez la confiance à la soumission et l’équation est parfaite. Il n’est même plus question de partage, se donner corps et âme, ne plus répondre de soi, emporté dans le courant du plaisir, se donner à l’autre. C’est en cela que pour rien au monde je ne pourrai revenir en arrière. Mettre son corps a disposition est facile, le reste c’est tout un travail de l’esprit… Ouvrir son âme au plus profond qu’il puisse être possible de le faire et tout donner sans concessions, sans limites. Et se laisser transcender par la force que cela dégage. De vous écrire tout ça me fait presque penser à de la poésie, rien de plus beau. Je vous l’écrit avec émotion car là c’est de mon aboutissement de soumise dont je vous parle. Prendre tout son plaisir la ou son Maître l’obtiendra lui même, être sienne et absolument rien d’autre.

 

0
0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *