fêter la nouvelle année

 

Quoi de plus sympathique pour bien commencer l’année que d’aborder avec vous la façon dont moi, j’ai démarré 2021 ?

Pour la première fois, comme je vous l’ai expliqué dans mon calendrier de l’avent, je décidais de fêter la nouvelle année en tant que soumise ouvertement assumée. Invitée par mon amie Justine et son Maître Donatien, j’ai décidé d’aller passer quelques jours dans leur région et réveillonner avec eux.

C’est un couple que j’estime énormément, que je respecte et que j’admire aussi. Monsieur Donatien est un Maître avec un grand M, protecteur, éducateur et totalement respectueux, c’est un homme qui, contrairement à beaucoup de Maître charismatique, n’abusera jamais de son pouvoir envers sa soumise ou qui que ce soit d’autre. Sa bienveillance transpire dans chacun de ses mots, de ses gestes. Il fait partie de ceux qui considère que le BDSM est avant tout une question d’état d’esprit, de cérébralité plutôt que de sexe, et rare aujourd’hui sont les Maître qui considèrent les choses ainsi, c’est à mes yeux, un gage de grande qualité. Justine, c’est devenu une amie, comme toutes les filles que j’ai rencontré à mon dernier Munch. C’est une superbe femme au grand cœur, une très belle maman en devenir.

Nous avons ri, bien mangé, mais par-dessus tout nous avons été nous-même. Lorsque l’on pratique le BDSM et que l’on voit ça comme un « lifestyle », quelque chose qui fait partie de nous, de notre personnalité profonde, qui s’exprime au quotidien, nous devons réfréner et cacher en permanence pour ne pas se montrer réellement de peur du jugement, du regard des autres. Alors, je peux vous assurer qu’un réveillon comme celui-ci fait énormément de bien rien que pour ça. Sans penser à faire des choses sexuelles ou même quoi que ce soit de SM non plus, passer la soirée avec son collier, des vêtements qui me définissent comme soumise à mes yeux, et boire son verre de vin à genoux par terre tout en étant « en société » ça me plaît énormément, ça me fait du bien.

J’en tire une belle leçon ; celle de ne jamais cesser de poursuivre sa quête d’authenticité, d’oser faire plus de place à la soumise qui veille en moi et lui permettre de s’exprimer tout naturellement et autant que possible.

Je ne vais pas vous faire un récit exact de ma soirée du réveillon de la nouvelle année, mais je vous laisse sur les quelques photos/vidéos que nous avons réalisées ensemble ce soir-là.

Et vous, quel a été votre nouvel an ?
Avez-vous pris des résolutions BDSM ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *