Lettre ouverte à mes lecteurs

Bonjour à tous,

Voilà encore un article bien inhabituel, mais cependant nettement plus positif !

Voilà qu’une semaine s’est écoulée depuis mon annonce de rupture. Une semaine que je me lamente, que je me fais plaindre, mais surtout une semaine où j’ai pu prendre conscience de l’ampleur du retentissement que pouvait avoir notre histoire sur vous tous.

J’ai reçu une quantité incroyable de mails, de messages, j’étais vraiment étonnée, et surtout très émue… Je n’ai franchement pas manqué de soutien c’est certain. J’ai reçu des témoignages qui m’auront troublé. C’était tout à fait inattendu pour moi !

En comparaison, je n’ai reçu que très peu de messages désobligeant, même aucun lorsque l’on exclut ces hommes inconnus qui très respectueusement me disent « et si jamais tu as besoin je suis là. » Ah si, j’oubliais, j’en ai reçu un seul, d’où je ne l’attendais vraiment pas, insultant et irrespectueux… S’il me lit à tout hasard, il sait d’avance que la prochaine fois que je le vois, je lui découpe la peau des couilles pour m’en faire un tapis. De quoi encourager tous ceux qui voudraient faire de même à retenir leurs envies.

Vous savez, le blog, je l’ai surtout construit pour nous deux à l’origine, mais avec le temps qui passe les choses ont quelque peu changées, je n’avais pas ouvert les yeux sur tout ce qui, depuis plus d’un an, s’était greffé petit à petit autour :  vous.

Souvent j’ai donné, écris, encore et encore : pour moi, mon plaisir, égoïstement. Je savais que mes textes plaisaient à quelques fidèles qui me suivent depuis longtemps. Mais aujourd’hui, je découvre que c’est tout une communauté qui avance avec moi et mes récits, et je suis désolée  pour toute cette semaine, de n’avoir eu rien de mieux à vous offrir que la promesse d’une fin sans appel.

Mais vous tous vous m’avez beaucoup aidé, aujourd’hui je dois couper le cordon, et je crois que malgré ma lenteur, la difficulté est telle que je n’ai pas d’autres solutions. J’arrive aujourd’hui à avancer, me projeter dans un avenir plus heureux et ça c’est déjà très bien.

Je crois que j’ai brisé pour de nombreux lecteurs l’image du couple BDSM « parfait » pourtant, parfait nous ne l’étions vraiment pas du tout. Personne ne l’est. J’ai cependant nourris pour mon Maître une passion folle jusqu’à la dernière minute. Chacun de mes mots à son sujet étaient si sincères, si profonds, et je n’en regrette vraiment aucun. Cependant il va bien falloir accepter un jour que tout cela soit définitivement fini.

Alors deux options s’offrent à moi : soit je me morfonds encore et encore jusqu’à disparaître dans les limbes du désespoir, soit je fais face et j’avance une bonne fois pour toute. Me morfondre : je ne suis pas comme ça, j’ai beaucoup de force de caractère et je ne vais pas gâcher plus longtemps les précieuses heures de ma vie à m’apitoyer sur mon sors.

Cette fois, n’en parlons plus, je tourne cette page de ma vie que je partage avec vous.

Désormais, je dois bien reconnaître que je mets davantage l’accent sur ma vie personnelle, et ça me fait beaucoup de bien de revenir parfois à la source, de mettre de côté ma vie BDSM et « publique ». Je cultive désormais davantage de secrets et j’aime à avoir cette vie heureuse et épanouie loin des regards…  Je suis loin d’être triste aujourd’hui, disons que je rééquilibre petit à petit ma vie.

J’ai appris de notre histoire, j’ai appris tant de choses, et j’en tire le meilleur, vraiment. Je crois qu’aujourd’hui je sais encore plus ce que je veux qu’hier, et là ou j’ai céder avec mon Maître, je ne céderai plus à l’avenir, je vais garder mon équilibre vital, physique et psychologique bien en main.

Alors cette fois voilà, je tourne définitivement la page. Malgré tout je ne quitte pas tout ce qui fait de moi celle que je suis : une fille trash, perverse, délicieusement torturée, parfois si piquante et parfois si douce, passionnée, sado-maso, bisexuelle, nymphomane, chienne et profondément soumise.

Aussi, je vais le rappeler haut et fort : être une femme libre ne fait pas de moi un bien publique, et qui que vous soyez, je vous mets au défi, les yeux dans les yeux d’essayer de mettre la main sur moi… L’idée me fait frémir tout autant qu’elle me faire rire !

Surtout, je voulais vous remercier, du fond du cœur, vous êtes la plus belle des récompenses que je puisse avoir avec ce blog. Aujourd’hui, nombre d’entre vous m’aident à leur échelle à me tirer vers le haut, à prendre un peu de ma peine et à m’encourager à avancer. Sans tout ce soutien, les choses auraient surement été beaucoup plus douloureuses. D’ailleurs j’en profite pour parler de toutes ses femmes qui m’ont témoigné de leurs expériences passées, similaire à la mienne. Des femmes qui savent exactement ce que je vie aujourd’hui. J’aimerais soutenir moi aussi toutes ses personnes et leurs dire de sortir du silence. S’il le faut je serais capable d’offrir beaucoup de mon temps pour discuter, aider, donner de ma personne à quelqu’un en détresse. Se séparer est un vrai déchirement pour qui tient vraiment à l’autre. Aujourd’hui il fallait que je passe par là pour vraiment savoir…

Merci à vous, encore une fois…

Avec toute mon émotion, ma sympathie et ma reconnaissance surtout…

Clarisse

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *