Rupture

Nous y sommes.

Cet article, vous l’aurez bien compris, n’est pas un article comme tous les autres. C’est un article douloureux qui va faire mal à beaucoup de monde je crois, moi la première. Peut-être, fera-t’il plaisir à certains, je n’en doute pas une seconde. Je savais pertinemment qu’un jour ou l’autre j’allais être obligée de vous l’écrire, mais je préférais me voiler la face, ne pas y croire. Malgré tout, la réalité m’a dépassé. Elle a mit fin à mon conte de soumise et aujourd’hui je dois faire la lumière sur ce qu’il vient de m’arriver. Tout cela parce que je veux avancer, parce que j’en ai besoin, parce que j’en ai envie et que je vous dois bien toute la vérité, avec une sincérité sensible, celle qui m’aura toujours caractérisé d’ailleurs.

Après de longues semaines de tristesses, d’une solitude infinie, est arrivé le moment pour moi de reprendre enfin ma plume pour vous écrire. Cet article sera très certainement le plus pénible de tous c’est certain.

Vous l’aurez donc bien compris : c’est le cœur lourd et chargé d’émotion que je dois vous annoncer que mon Maître a prit la décision de se séparer de moi…

Notre histoire n’a jamais été comme toutes les autres, qu’elle soit typiquement BDSM ou sentimentale. Cette histoire qui est la nôtre restera pour moi quelque chose de merveilleux et un jour peut-être je vous en dévoilerai toutes les intimités, les vérités, celles dont je n’ai jamais parlé, ici ou ailleurs, ce pourquoi nous en sommes là aujourd’hui…

L’épée de Damoclès que mon Maître a fait peser sur moi depuis le départ de notre relation a fini par tomber, ce qui a tout fait voler en éclat. Depuis des mois, cela jouait sur mon moral, mon capital bonheur et à terme ma soumission.

La vie est ainsi faite, on se rencontre, on s’adore et puis on change. La vie passe sur nous, sur nos blessures et elle nous fait bien heureusement évoluer. Nous n’avions pas la même direction à prendre mon Maître et moi pour l’avenir, et nous avons réussi tous les deux avec suffisamment de décence à prendre la décision commune de passer à autre chose… Même si tout cela ne s’est pas fait sans peine… A quoi bon continuer, quand l’autre a quitté…

Les jours, semaines, mois que je viens de passer ont été franchement terribles à vivre, mais je crois aujourd’hui que j’ai laissé beaucoup de choses derrière moi, pour m’alléger l’esprit. J’ai dû me contraindre à abandonner petit à petit tout ce qui me tenait vraiment très à cœur, me faire violence pour quitter un état tantôt recherché qui désormais me paralysait totalement. Aujourd’hui encore j’ai beaucoup de mal à quitter, car je reste accrochée à tellement de choses, mais j’y travaille envers et contre tout et j’avance à mon propre rythme, c’est un travail si laborieux et de tous les instants, une lutte épuisante de tous les jours. Je panse mes plaies et j’essaie d’avancer.

Ce qui me pendait au nez depuis des mois me saute tout à coup au visage. Aujourd’hui, je suis seule. Je ressens ce que j’imagine une soumise doit ressentir dans ces moments-là : un vide infini, le sentiment d’avoir perdu une partie de soi. Mon Maître faisait partie de ma vie, il en était le roi. J’ai le sentiment d’être aujourd’hui comme une marionnette désarticulée, une terre blessée et abandonnée.

Cependant, après avoir passé certaines étapes nécessaires dans n’importe quel processus de rupture telle que la colère, la remise en question, la culpabilité puis la tristesse, mon esprit s’est petit à petit désenbrumé et apaisé. Aujourd’hui, bien que toujours très affectée et sensible à ce sujet, je suis désormais plus sereine et plus calme.

D’y avoir réfléchi des heures et des heures, si ce n’est des jours entiers, j’ai fini par comprendre que cette rupture était pour moi un véritable soulagement ! Je n’avais plus de libido, plus l’envie d’écrire, plus la motivation de rien ces derniers mois, je maltraitais mon corps et mon esprit pour ne pas arriver à ce point de non-retour que je ne voulais pas voir arriver : la séparation. Et, aussi surprenant que cela puisse être, je me sens beaucoup mieux aujourd’hui…

Je n’ai plus envie de réfléchir à ça, à tout retourner dans ma tête. Je pense avoir fait le maximum pour nous et je pars sans regret. Je reste persuadée que l’issue bien facilement trouvée n’était pas une solution mais aujourd’hui c’est malgré tout celle que je subis. Je ne vais pas faire le jugement de qui que ce soit ici, je n’en n’ai plus ni la force ni l’envie. J’ai trop de respect pour mon Maître pour lui faire le moindre reproche. Cependant, lui seul sait mieux que quiconque tout ce pourquoi nous en sommes arrivé là. Je ne me justifierais pas davantage.

A-t-il peut-être encore des choses à se prouver à lui-même, je ne sais pas. En tout cas, s’il a des moments merveilleux à vivre sans moi, je ne peux que l’encourager en ce sens. J’ai une profonde et sincère attache envers lui et aujourd’hui comme hier je suis prête à tous les sacrifices pour son bonheur… S’il faut que je m’efface pour ça, alors je le ferai.

J’ai préféré laisser le temps au temps pour vous faire cette annonce. D’une part par respect pour lui, ensuite pour ne pas laisser mes émotions me faire dire n’importe quoi, dans la précipitation. J’aimerais aujourd’hui parler d’une façon la plus neutre et détachée possible. Accepter les choses et tourner enfin la page car je n’ai pas d’autres choix…

J’aurais tant aimé entendre de sa voix ces quelques mots réconfortant et respectables tels que « je serai toujours là pour toi, quoi qu’il en soit, et je resterai toujours ton Maître. Je vivrai à travers toi. » mais il n’en est rien…

Je crois qu’à force de vouloir se séparer des autres, on finit par devenir totalement hermétique à tout ce qu’ils vous donnent de plus noble en leurs personnes. Avec tout cela, je n’aurais que trop bien compris qu’on est finalement que trop seuls dans monde d’égoïstes lorsque l’on est quelqu’un qui trouve son bonheur dans celui des autres.

Je garde bien évidemment le souvenir et l’expérience, l’éducation qu’il m’aura inculquée. Je fais le feedback de ces deux années douloureusement mais avec nostalgie. Car même si je n’en retiendrai vraiment qu’une seule, elle aura été l’une des plus belle de ma petite vie… Une année magnifique et unique, faite de découvertes, d’épanouissement, d’une complicité absolue, d’une perversion excitante, d’une abnégation libératrice et d’un bonheur sans limite. Quant à cette passion pour l’écriture… Nous verrons bien si elle perdure sans lui…

Bien qu’il ait été un homme fabuleux pour moi, que j’exprimerai toujours pour lui une profonde soumission et un respect sans faille, je ne peux cependant pas tout lui excuser… Et aujourd’hui, m’ayant reprit tout ce qu’il y avait de bon en nous, je ne vois plus que ça : le lourd bagage de ces deux années qu’il m’a remis sur les bras comme si lui n’en voulait plus et s’en détachait totalement…

Aussi, mon Maître restera toujours mon Maître quoi qu’il en soit, je ne renie en rien son éducation et je garde précieusement son collier, il fait partie de moi. Cependant, je ne souhaite pas devenir moi aussi le fantôme errant d’une relation passée, je compte bien avancer, et je sais que tout cela est encore possible. Je me ferais la Clarisse du pauvre sexuel s’il le faut, mais j’ai encore beaucoup de choses à donner, et tout autant à recevoir, je le sais. Désormais, il me faut me réinventer, sans oublier qui je suis. Je suis prête à surprendre et à être surprise, d’ailleurs, je crois que je n’attends que ça.

Je suis une fille forte, pleine de vie et pleine d’envie, je redécouvre petit à petit une libido que je réfrénais si fort ces derniers temps, un désir de vivre, de faire des rencontres, de faire des découvertes. Autant d’envies, aussi diverses et nombreuses soient elles. Je suis donc prête à ce jour à faire de très belles rencontres. Je ne suis fermée à rien. J’aimerais me rapprocher des gens qui m’accepteraient telle que je suis, avec mon passé, ma sensibilité et mes envies. Quelqu’un(e) pour qui je puisse me donner et qui m’en donnerait en retour.

Malheureusement, il y a de belles choses que j’aurai aimé vivre avec mon Maître, certaines que je me refuserai de vivre si ce n’est avec lui, par soumission, par simple conviction personnelle. Pour le reste, si mon Maître n’est pas là pour vivre ces moments avec moi, alors j’irai les vivre seule ou avec d’autre(s). Je ne sais pas de quoi demain sera fait et je garde beaucoup d’espoir en l’avenir, c’est ce qui me tient en vie aujourd’hui.

Ce qui est certain, c’est que je vais continuer à faire ce que je sais faire le mieux, faire preuve de servitude et contribuer au bonheur sexuel des gens, à ma façon, même si cette façon change par la force des choses.

Je connais des personnes que j’ai très envie de rencontrer, maintenant que tout est possible, avec qui je souhaiterais partager beaucoup de choses : des mots, des émotions, des instants de nos vies, que cela se compte en heures ou en années…

J’avais hâte d’écrire cet article au moins pour ça, pour officialiser ma situation, pouvoir laisser sortir toute cette émotion qui déborde de moi et enfin me débarrasser de toutes ces vieilles casseroles que je me traine. J’ai envie de revivre et je boue à l’intérieur à refréner encore tout ça en moi. Aujourd’hui, ma parole se délie et mon esprit est libre ! Cette liberté qui me faisait tant peur m’est finalement très appréciable. J’aurais toujours su tirer les meilleures leçons de tout, et avec notre rupture je crois que j’aurais finalement compris beaucoup de choses et pas nécessairement que des mauvaises.

Je ne sais pas si demain j’arriverai encore à écrire, je pensais que ma seule motivation c’était lui, mais je prends conscience que je n’ai jamais eu autant l’envie d’écrire ces derniers mois que depuis que nous nous sommes quittés, paradoxalement. La situation, je crois, était devenue trop batarde et réductrice à mon sujet. Je n’étais plus rien, je n’avais plus de place, plus d’importance.

Je ne souhaite à personne de vivre ce que j’ai vécu ces derniers jours, mais je sais que quelque part c’est le prix à payer pour de si belles histoires au préalable. Et avoir l’opportunité un jour de vivre de si belles histoires, ça, je le souhaite à tous ! Toutes les bonnes choses ont une fin malheureusement, et plus il y a de passion, plus il y a de peine c’est certain.

Désormais, je souhaite à mon Maître qu’il trouve enfin le bonheur que je n’ai su lui apporter. Qu’il sache que je le soutiens et que je l’encourage pour l’avenir et que je ne suis pas inquiète à ce sujet d’ailleurs. Qu’il sache aussi que moi je ne l’abandonnerai jamais, et que je serai toujours là pour lui s’il en exprimait le besoin un jour. Que ce sera toujours un plaisir infini pour moi de le recevoir, et que malgré les amertumes, le temps passera sur ça sans effacer tout ce que j’aurais pu vivre de fantastique avec lui. Personne n’est parfait, je le sais bien, moi la première.

Aujourd’hui encore je n’aurai de cesse de faire honneur à mon Maître. Il reste un homme hors du commun que j’aime et que j’admire humblement, de tout mon cœur, mon corps et mon âme. Cet homme restera celui qui m’aura «ouverte» vers des horizons que je chéris aujourd’hui et qui font partie intégrante de ma vie. Même s’il a surtout brillé par son absence, même si je pensais notre lien indestructible et éternel, il m’aura permis de vivre une histoire que je n’oublierai jamais, un périple merveilleux, une éducation que beaucoup pourraient m’envier.

Pour terminer, je tenais tout particulièrement à remercier une personne qu’il me tient à cœur de mentionner dans cet article, quelqu’un qui me soutient depuis déjà longtemps et qui m’aura beaucoup aidé à avancer ces derniers jours : Merci K., heureusement que tu es là pour moi…

Je souhaite vivre avec passion, il n’y a que de cette façon que je me sens vivante et qu’importe où cette passion se trouvera pour moi demain, qu’importe si elle me fera souffrir à nouveau : je n’aurai de cesse que de la rechercher et de la toucher encore du bout des doigts.

0
0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *