Un visiteur inconnu – jeu d’exhibition

20151204_133659 (2)jj

Pour cette séance, j’étais sans savoir que mon Maître allait innover radicalement. J’avais moi-même une idée assez précise de la séance à venir, mais pour cette fois, je n’y étais vraiment pas. J’allais vivre mes premiers moments de pure exhibition et pour cela j’allais devoir faire preuve d’une confiance absolue en mon Maître et ainsi m’abandonner à lui pour cette jolie séance que j’ai trouvé avec le recul vraiment très sympathique !

Pour cette après midi, j’avais décidée de le surprendre. Les jours précédents, comme toujours j’étais dans l’attente, pleine d’impatience, j’ai laissé divaguer mon imagination et ainsi refaire le film inlassablement de notre rencontre à venir. J’adore faire ça, je l’avoue, j’aime fantasmer tant je frémis d’impatience ! Je crois que c’est parce que je suis très imaginative aussi. Alors, lorsque j’attends des jours durant la venue de mon Maître, je m’imagine encore et encore le moment que je vais vivre avec lui, je réfléchi à comment je vais l’attendre, comment il va me prendre et me surprendre. En résumé, je m’excite les neurones (à défaut de n’avoir le droit de m’exciter tout le reste) et je puise mon plaisir dans l’attente, je travail mon impatience et l’exploite de la façon la plus positive qu’il me soit possible de le faire, ce qui marche très bien désormais.

20151204_150006 20151204_145950 20151204_150020-1 (2)

J’avais donc pris soin de me procurer quelques nouveaux “vêtements”, si l’on peut vraiment appeler ça des vêtements. J’ai discuté avec quelques fétichistes sur fetlife (le plus grand réseau social BDSM qu’internet puisse connaître) et cela m’a donné des idées. Je sais que pour nombre de soumis(e)s aguérri, cet objet est même l’incontournable après le collier : la cagoule. Alors je suis allé m’en trouver une. Je l’ai choisi simple, noir et synthétique. Je sais que cela peut aider le dominant à pousser le jeu BDSM un peu plus loin pour certains, car la cagoule dépersonnalise, enfin moi je le vois ainsi. Avec celle-ci je me ferais un peu plus oublier et je laisserais ainsi agir mon Maître avec moins de considération.

J’étais donc prête à l’attendre, je m’étais longuement préparée pour le recevoir. J’ai opté pour une ultra-mini jupe laissant entrevoir tous mes dessous et agrémenté très joliment mon cul. J’ai longtemps hésité pour la cagoule et je me suis décidée à ne pas la porter au dernier moment et lui laisser ainsi le loisir de décider à son bon goût de me la mettre ou non. Je n’étais vraiment pas certaine que ce genre de chose lui plaise vraiment…

20151204_131839

Tel l’a dessiné Milo Manara dans “Le déclic”, mon Maître allait pouvoir contrôler mon plaisir sexuel à distance avec cette petite commande.

Je lui ai laissé un petit mot sur le lit avec une petite télécommande à côté, je voulais vraiment qu’il m’utilise en ce jour, et qu’il fasse encore de moi son objet sexuel ! Dans un élan de soumission et de servitude, j’aime être le soulagement de Monsieur, et qu’il me considère ainsi, j’adore à ce qu’il passe son plaisir et ses nerfs sur moi, et c’est ainsi qu’il me gratifie. Je voulais n’être plus qu’un corps rempli d’hormones et de nerfs, un trou à remplir, un clito à frotter et une bouche à violer. Il prend de cette façon totalement possession de mon corps et deviens plus encore le Maître de mon plaisir. La cagoule serait mon alliée.

Et cette petite télécommande relié à distance servait elle à allumer un œuf vibrant que je m’étais introduit au préalable. Un moyen supplémentaire pour prendre possession de moi sans même avoir à rentrer en contact physique, à distance.

20151204_13290920151204_133034

J’ai décidé de l’attendre dos à lui, à genou, sagement. Lorsqu’il arrive, je l’entends passer la porte et se dévêtir. Je l’entends rire discrètement une seconde, je suppose qu’il lit mon message et je souris à mon tour, j’aime le faire rire avec mes agissement de jeune gamine innocemment léger de simplicité. Je me reprends et il vient s’installer sur une chaise en face de moi. Je met un moment avant d’aller rencontrer son regard, je me sent toute pudique. Mon Maître me salue et enclenche aussi tôt l’œuf vibrant, et je rougis instantanément après un léger soubresaut. Nous échangeons quelques paroles et Monsieur me photographie un instant. Nous parlons de la cagoule et Je suis alors très contente : Mon Maître est ravi et il me la met aussitôt. Il me trouve belle comme ça, et sans le savoir, l’oeuf et la cagoule était les deux objets idéaux pour la séance que mon Maître m’avait organisé ce jour là !

“Tu te rappelles, tu sais que je te réserve une surprise aujourd’hui ?”

20151204_133733Mon Maître me met le bandeau aux yeux, je suis toujours à genou et cette fois je ne vois plus rien. Il commence à m’expliquer ce qu’il compte faire de moi et je me sens toute chose. J’ai peur mais je suis terriblement excitée. Mon Maître m’annonce qu’un homme va nous rejoindre, qu’il ne me touchera pas mais que je devrais me toucher et me faire jouir devant lui… Je suis perturbée je ne m’attendais pas à ça. Moi qui m’assurais un moment en “tête à tête” comme je les aime tant, j’allais devoir me montrer en spectacle… Mais aussitôt le défi m’a intéressé, je voulais honorer mon Maître et agir de façon exemplaire pour le mettre en valeur à travers moi. Je suis sa “marque de fabrique” j’ai donc la responsabilité aujourd’hui de me montrer à sa hauteur, c’est un du que je lui doit. M’exhiber, il sait que j’allais adorer ça et que lui aussi. Il m’explique que l’homme en question n’est pas très loin de l’hôtel, et qu’il attendent tous deux sur moi avant de faire quoi que se soit. Mon Maître est un homme bien, et il m’assure que si je ne le sens pas, je peux parfaitement refuser et sans qu’il n’y ai ni problème, ni rancune de sa part. Personnellement, j’aurais aimé qu’il ne me laisse pas le choix. Cet homme je ne le verrais pas, je ne ferais que de le deviner et lui ne verrait pas mon visage. Encore aujourd’hui je ne sais pas qui il est. Tout ce que je sais c’est qu’il fait partie de mes contacts facebook et que c’est par ce biais qu’il à été “recruté” (de quoi nourrir quelques espoirs dans l’esprit de mes lecteurs 😉 ).

20151204_134016Mon Maître s’éclipse alors et me demande de ne pas bouger. Je reste à genou, sagement, la boule au ventre. Qui est cet homme ? Moi qui redoute l’inconnu j’allais vivre ce moment comme une frustration autant qu’un sévisse pervers. J’imagine un homme vieux, bedonnant et salement pervers (mon Maître aime à me faire croire ça, il sait que ça m’excite beaucoup)

Je les entend rentrer dans la pièce, ils chuchotent, se déshabillent et s’approchent de moi. Mon état de stress est augmenté, mais je sens toujours cette force tranquille et rassurante de mon Maître qui me met totalement en confiance. Je n’ai alors pas l’ombre d’une crainte en moi et en ce qui concerne cet homme. Mon Maître me fait répéter le discourt en sa présence : ” Je vais devoir m’allonger sur le lit, me branler et jouir comme une jeune pute devant ce Monsieur, sans qu’il me touche, je ne le verrais pas, et il ne me verra pas”

Mon Maître donne à son invité la télécommande, et alors je me ravie d’avoir eu l’ingénieuse idée sans même m’être imaginé son utilité dans une telle situation, car je n’étais vraiment informée de rien. Cet homme allait pouvoir sans me toucher m’exciter à son gré avec cet œuf vibrant.

20151204_134838Je m’installe sur le lit et je les devine face à moi. Mon Maître m’exhibe véritablement, il me demande d’écarter les jambes et ensuite de retirer ma culotte. J’exhibe ensuite mon petit bouton et mon orifice à ces Messieurs. Je suis assez à l’aise et je me laisse dicter aux lois de mon Maître qui me dirige. Il me contient à l’approche de l’orgasme et laisse à notre invité ce moment de délectation visuelle. Ils me tournent tous les deux autour. Je les sent très proche. Mon Maître me touche un peu et me fait gémir quelques fois. Comme à mon habitude j’ai tendance à resserrer mes cuisses entre elles et mon Maître me met en garde, il empoigne ma cheville et l’écarte un peu plus de sa semblable. Ils sont tous deux très proche de moi encore une fois. Par moments, je sens la main de notre invité se poser sur moi, et très raisonnablement, me faire signe lui aussi d’écarter un peu plus les cuisses. Je frémis…

20151204_135348 (2)20151204_134739

Pour clore ce moment, après quelques suppliques, dans l’attente de son autorisation pour jouir, mon Maître m’explique comment les choses vont se passer. L’invité mystère va compter jusqu’a 10, et lorsqu’il sera au bout seulement je pourrais me laisser emporter dans l’orgasme, surtout pas avant. Et ce qui m’aura vraiment surprise, c’est que le moment venu, ce Monsieur s’est mis à compter tout près de moi, sa bouche était si proche que je sentais son souffle sur moi au travers de la cagoule, à quelques centimètres seulement… J’étais assez excitée sur l’instant et je le sentais frénétiquement modifier les vitesses de mon œuf cherchant ainsi à m’accompagner vers l’orgasme sans même me toucher. Cela lui à laisser un certain pouvoir sur moi, ce qui je crois ne lui à vraiment pas déplu. Son décompte à été si lent que je faillit en perdre la tête, je me branlais si fort, j’entretenais un orgasme à son rempart pour le laisser exploser quand le 10 serait sorti de sa bouche.20151204_135341

Après ce moment tous les trois, Monsieur raccompagne son invité, sans que je n’en sache plus, et l’homme en question avant de passer la porte alors que j’était toujours allongée sur le dos se met à me caresser chaleureusement la joue au travers de la cagoule, et me glisse à l’oreille juste avant de partir ” c’est bien, tu est une bonne chienne” ce qui me rendit alors très fière et reconnaissante. Je l’en remerciait une nouvelle fois pour ce joli compliment et les laissaient tous deux repartir.

20151204_134806Douce torture, surtout délicieuse ! Cet homme que jamais je ne connaîtrais, à été le vecteur de mon plaisir ce jour là. Avec la bienveillance de mon Maître, j’ai goûté à un plaisir nouveau. D’abord très perturbant, mais aussi très agréable. Je salue encore le respect et la retenue de cette homme qui je l’imagine à du se faire violence pour ne toucher qu’avec les yeux. Amusement qui restera pour moi le souvenir d’un moment a la fois très particulier, tout en simplicité mais aussi très agréable.

Mon Maître m’a confié ensuite avoir été très fière de moi en ces circonstance, tout en ayant été à la hauteur de ses attentes, il ne m’en fallait pas plus pour me rendre heureuse, c’était le plus important pour moi.

J’imagine aussi que cet homme me lira bien évidemment et j’en profite alors pour le remercier encore et le saluer respectueusement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *