Road Trip BDSM – Retour d’expérience

Bonjour,

Je profite de quelques heures de libre depuis mon retour pour commencer cet article au sujet de mon fabuleux périple BDSM. Je vais tâcher d’être brève mais exhaustive quant à mon voyage au pays des merveilles !

J’ai pris la route jeudi, pour rejoindre Strasbourg, non loin de chez moi. J’ai pu rencontrer deux lectrices Strasbourgeoises fort sympathiques et finir ma soirée avec un ami, à siroter une pina-colada dans un très bel endroit en périphérie de Strasbourg.

Vendredi, j’ai pris la route assez tôt pour rejoindre Metz. J’ai réservé un hôtel de caractère juste en face de l’imposante Cathédrale qui est, tout comme celle de Strasbourg, magnifique ! Je m’émerveille de tout ce beau patrimoine culturel que la France peux être fière de posséder. J’ai été invitée au restaurant par un couple fort sympathique avec qui nous avons prolongé jusqu’au bout de la nuit. C’était très agréable. J’ai découvert une fois encore ce que ça fait de rencontrer des gens pour qui vous comptez énormément. Vous savez, c’est assez étrange et incroyable cette sensation de représenter tellement pour des gens dont vous, vous n’avez même pas idée de l’existence. Des personnes qui me suivent en silence et pourtant qui ne manquent rien de ma petite aventure BDSM. Ils connaissent mes textes par cœur et réactualisent le blog quasi quotidiennement pour voir si, par hasard, je n’aurais pas écrit un nouvel article. Je suis tellement heureuse de prendre conscience de ça dans ce voyage qui commence déjà très fort en émotion. Je suis si heureuse de partager les bonnes ondes que j’ai à donner et ça me comble de pouvoir aller plus loin avec ces personnes qui méritent toute mon estime et mon respect avant tout.

Samedi commençait la tournée des grands-ducs… Tout d’abord à la frontière belge, chez Monsieur Doberman.

LE DONJON DU TRISKEL

Son donjon est juste incroyable, tellement complet ! Il est accessible très facilement, et même s’il peut paraître loin géographiquement, il n’est qu’à 1h30 de Paris et 45 minutes de Lille. Ce qui est, je pense, un bel argument pour ne plus se donner d’excuses et aller pratiquer dans ce très bel endroit. Le site du Donjon « Le Triskel » est accessible juste (code d’accès : triskel) ici : https://www.triskel-donjon.com/

Le donjon est grand, il possède même un très bel extérieur. Son hôte vous propose des soirées (il fait partie de la communauté/association de l’Anneau de Justine) mais également de louer les lieux pour quelques heures ou pour une soirée avec nuitée comprise si besoin. Tout est donc possible. Monsieur Doberman vous propose également de vous initier au BDSM, de mettre à disposition ses compétences en matière de fouet, cravache, ou tout autre moyen de torture. Il s’agit de quelqu’un de respectable et respectueux qui sait à la fois vous mettre en confiance tout en sachant instaurer des règles pour permettre la meilleure expérience possible dans le respect de tous. Il possède énormément de matériel !

Son établissement comprend un coin bar, un coin restauration également, mais surtout une salle de « convivialité » sobre, une très belle cave voutée, une salle complète en matière de suspension et d’objets de douleur (qui sont mis à votre disposition lorsque vous êtes dans les lieux) et à l’étage deux salles supplémentaires dont l’une est totalement dédiée aux jeux « médicaux »

J’ai beaucoup aimé partager quelques mots avec Monsieur Doberman qui a apprécié ma démarche. J’aimerais vraiment réussir à faire honneur à son domaine car je pense qu’il mérité vraiment que l’on s’y rende. J’ai été triste de me dire qu’il n’existe pas de lieu aussi beau et aussi complet plus proche de chez moi, quelle frustration !

Ensuite, j’ai repris la route pour aller retrouver Ambre, blogueuse et amie de longue date maintenant. Nous sommes allés boire un verre sur la grande place de Lille, sous la pluie et dans le vent. Nous avons passé un chaleureux moment malgré tout. Ce fut un vrai plaisir de pouvoir rencontrer en vrai celle avec qui j’échange depuis tant d’années.

LE DONJON BKR

Avant de quitter l’hypercentre de Lille, j’ai rencontré Maxime, responsable marketing du Loveshop de Lille et propriétaire d’un petit appartement en plein cœur de la ville, aménagé kinky. Disponible à la location avec suffisamment de matériel pour passer un excellent séjour en ses murs. Son annonce est ici : DONJON BKR

Il propose un joli petit appartement de caractère, qui possède tout d’un appartement standard, puis, après avoir poussé une petite porte dérobée, vous donne accès à une cave voûtée aménagée avec quelques objets de contrainte et de douleur.

En soirée, je file retrouver Eva, une petite renarde rencontrée un mois plus tôt, lors de mon Munch féminin. Une femme pleine de vie et curieuse de découvrir ce monde qui est le nôtre. J’ai été accueillie dans sa belle maison, je m’y suis tout de suite sentie bien. Je l’ai retrouvé juste après une session corde à son domicile. Je l’ai accompagné dans sa redescente, avec mes bras, mon réconfort et une bonne bouteille de Gewurtz. Nous avons papoté, ri jusqu’à l’heure ou nous avions rendez-vous dans un sauna privatif. Eva m’a invitée à passer deux heures dans un endroit magnifique, où nous avions le droit d’être nues. Hammam, sauna, spa et bouteille de champagne. J’ai été choyée, je ne peux pas dire… Une fois rentrée, j’étais épuisée, je n’ai pas fait un pli, me suis endormie en moins de 5 secondes.

Le dimanche matin, nous avons eu tout juste le temps de visiter rapidement une expo avant de bruncher dans un lieu atypique et totalement bohème. Après quoi, j’ai repris la route pour Rouen.

CUIR ET CHUCHOTEMENTS

Arrivée à destination, je retrouvais D., artisan et créateur du site cuiretchuchotement.com

C’est un artisan comme nous les apprécions : passionné et passionnant. Il travaille le cuir depuis un an tout juste. Il en est arrivé à confectionner des objets à l’usage du BDSM totalement par hasard, sous les encouragements et conseils d’un ami. Etant donné qu’il s’agit de quelqu’un de méticuleux et de persévérant, le succès pour lui ne s’est pas fait attendre. Il m’a confié recevoir des commandes à l’international et à même réussi à faire porter l’une de ses confections à la belle lilliluxe devant ses deux millions d’abonnés instagram. Je suis assez soufflée, je dois bien l’avouer. En dehors de ça, les filles lors du Munch en août dernier m’on fait la surprise avec un bon d’achat à faire valoir chez lui, j’en ai donc profité pour passer ma commande et faire « poinçonner » mon bon, voyez plutôt…

Il saura réaliser sur commande : collier, lien et attaches. Pour plus d’informations, je vous invite à consulter son site ou de directement prendre contact avec lui via son twitter ou son instagram.

Je passais la nuit sur place, dans un sublime hôtel en ville, j’ai pu prendre le temps de visiter la ville, la cathédrale, avant de reprendre la route le lendemain.

LE DONJON DGK

J’ai visité le donjon DGK sur mon trajet pour rejoindre Tours. Je rencontrais le Gute Kommandant et sa soumise Bianca qui me réservaient un très bon accueil dans leur grande et belle longère perdue au milieu de la campagne normande.

Ce domaine est avant tout leur domicile. Cependant, régulièrement, ils organisent des repas. (Covid oblige, cette activité pour l’heure à été suspendue.) Ils sont, à cette occasion, ouverts à tous, sur réservation bien sûr. Leur lieu se veut authentique et sans jugement. Pas de protocole et une ouverture d’esprit maximale. Ils ont tenu à me rappeler que quel que soit le statut, l’orientation sexuelle, l’âge (majeur évidemment) des personnes intéressées, vous serez les bienvenus chez eux, ce qui, je dois dire, m’a fait plaisir à entendre. Car, nous en avons discuté longuement, il est important pour eux comme pour moi de permettre d’ouvrir le BDSM à tous, et surtout de permettre à chacun de pouvoir se sentir suffisamment en confiance pour dépasser une timidité qui, face au grand monde du BDSM peut devenir un frein à beaucoup de choses.

La maison est immense et possède de nombreuses chambres et une grande pièce à l’usage purement BDSM. Aussi, ils possèdent un immense salon avec une table jamais vue : le pied de table est en réalité une cage géante ou peut être mis au loisir, soumise et soumis. La maison peut être utilisée sans la partie BDSM ou avec. Il est donc possible de louer les lieux. Pour se faire, il vous faudra contacter ses hôtes, par le biais de leur page Facebook ou de leur compte Instagram.

Je m’arrêtais la nuit à Tours pour faire une escale avant ma prochaine destination BDSM. Je retrouvais au matin un follower de longue date avec qui je partageais un café en terrasse avant de repartir.

MAISON DES SOUPIRS

Lors de mon arrivée à Bordeaux, je rendais visite à Lady Liliam, propriétaire de la maison des soupirs. Un lieu véritablement complet et très grand. Madame Liliam m’a accueilli à bras ouverts et sa façon de concevoir son lieu, de le gérer, m’a véritablement conquise. Son ouverture d’esprit et sa bienveillance sont des choses que j’ai ressentis et apprécié instantanément.

Sa maison se situe à 45 minutes de Bordeaux, totalement perdue au milieu des vignobles, dans un cadre magnifique. La maison est très grande et le ton est donné tout de suite ; je commence ma visite par une grande salle de jeu, avec une roulette de la « fortune » façon BDSM qui peut aisément servir de brise-glace pour entamer les jeux. Banc à fessé, toile d’araignée en chaîne, fouet, paddle et martinet en tout genre sont à disposition. Décidément, ce lieu est époustouflant dès la première pièce. Puis, je visite un cachot sous des escaliers, un coin bar très chaleureux avant de monter à l’étage. De nombreuses pièces à « thèmes » s’y trouvent de part et d’autre d’un long couloir aux murs rouge et noir. Lit recouvert de latex avec balançoire, croix de saint Andrée, carcan, salle de shibari, etc. Aussi, une chambre destinée aux personnes qui louent la maison pour la nuit est disponible.

Victime de son succès, je visitais la maison entre deux locations, et n’étais que très peu surprise de savoir que le lieu affichait complet jusqu’à la fin de l’année. Covid oblige les conditions de désinfection du lieu ont été renforcés et les événements de groupe ont été stoppé jusqu’à nouvel ordre.

Nous avons fini la visite par un petit café toutes les deux. Nous avons beaucoup échangé et je dois dire que la façon dont Lady Liliam voit le BDSM m’a vraiment plu. Le principe d’échange et de communauté sont des valeurs fortes pour cette dame et l’idée d’ouvrir les portes du BDSM à tous est quelque chose qui lui tient à cœur. Cela faisait écho aux mots échangés quelques jours plus tôt au donjon DGK. Si vous souhaitez découvrir le lieu où contacter son hôte, voici son site internet : eveil-des-inconsciences.com

Je quittais le magnifique donjon de la maison des soupirs en fin de journée, et je retrouvais mon hôtel pour la nuit. Un château sublime au milieu des vignobles : le château de Sanse, dans lequel j’ai dîné également. Je vous en parle, car si vous rendez visite à Lady Liliam à la maison des soupirs lors de l’une de ses soirées (si sa partie gîtes n’est pas disponible évidemment), je vous conseille de vous arrêter ici pour y passer la nuit. Le cadre est vraiment superbe. Voyez plutôt…

Le mercredi matin, je reprenais la route pour Toulouse cette fois. En début de soirée, j’arrivais chez Justine et Monsieur Donatien qui était déjà en compagnie de Yuna, deux belles demoiselles que je rencontrais le mois dernier lors de mon Munch féminin. Nous avons passé une superbe soirée tous les quatre, nous avons bu du très bon whisky, une première pour moi. Nous avons beaucoup échangé, beaucoup ri et c’était tellement agréable. L’impression de passer un moment avec des personnes si proches alors qu’on ne se connait finalement que depuis peu.

Le lendemain midi, je retrouvais Lena Sklaveen pour manger avec elle. Je découvrais une jeune femme très sympathique et pleine d’entrain. Son esprit vif et son joli sourire m’ont fait grandement plaisir. Le temps passé ensemble fut court, mais il fut bon. Je sais que dès que nous en auront la possibilité, nous passerons à nouveau un moment ensemble et nous prendrons le temps.

Je file ensuite pour deux heures de route en longeant les superbes côtes méditerranéennes. Je vais retrouver Prélude pour un café. (Je vous met en lien sa superbe page Facebook). C’est une jeune femme très féminine d’une douceur troublante. J’ai apprécié cet instant, trop court lui aussi et j’espère avoir le plaisir de la revoir prochainement. Tellement de beauté et de bienveillance dans toutes ses rencontres, je suis si heureuse de faire ce voyage et de mettre un peu de vivant dans tout ce virtuel, de mettre des visages sur des pseudos.

Le soir, je fis escale à Nîmes, une ville très chère à mon cœur, car j’y connais les arènes dans lesquelles j’ai vu Rammstein en concert pour la toute première fois de ma vie et c’était vraiment fabuleux. Je rencontrais cette fois le barbu avec qui j’ai partagé un bon repas.

Je rentrais à mon hôtel pieds nus, totalement épuisée par toute cette course folle du jour, avec j’imagine, quelques restes de ma soirée de la veille.

Le lendemain, j’avais rendez-vous à Lyon, avec un réveil assez difficile et les trois heures de route qui m’attendais. Je partis de justesse pour arriver avec un peu de retard. Je passais le midi en charmante compagnie avec un lecteur de la première heure. C’est grisant de me savoir autant lu et appréciée, parfois même très secrètement, et de laisser la parole, pour une fois, à ces lecteurs-là me fait toujours très chaud au cœur. Ensuite, je retrouvais Agnès Collier pour la troisième fois, et c’était un vrai plaisir de la revoir, car je ne sors jamais de chez elle les mains vides. Mais là, c’était particulier, il s’agissait d’un cadeau de sa part. Un magnifique collier tressé, que j’ai pris grand plaisir à porter sur tout mon trajet retour. L’odeur du cuir, la sensation autour de mon cou me ramène à des émotions toujours très vives que j’adore ressentir.

Je quittais Lyon le cœur lourd, je sentais la « fin » arriver… Il me restait 4 heures de route et j’atteignais ma dernière étape : Paris. Mon Paris, celui de Papang, mais celui de Maître T et Ayamé aussi, que je retrouvais le soir même au club Cri et Chuchotement. Nous avons eu cette chance de profiter de l’ouverture du club avant sa fermeture annoncée quelques jours plus tard en raison du Covid. Ambiance tamisée, petit comité dans le club ce qui me rassurais un peu. La lumière rouge et les divers objets de torture ci et là me plongeait dans une ambiance très agréable. Je rencontrais le Maître d’Ayamé, et retrouvais celle-ci avec une joie non dissimulée.

Ayamé s’est laissé tentée par l’appel du fouet. (Son thread récit de la soirée est accessible ICI). Une très belle séance, dans laquelle elle a pris beaucoup de plaisir, plaisir même que l’assemblée autour d’elle à pu savourer également. Elle était belle, la croupe tendue et désireuse. Ses petits gémissements furent assez excitant. Quelle ambiance ! Tout ça m’a ramené à mes années folles, qui me semblent tellement loin aujourd’hui. Son cul prit une couleur toute singulière. Rouge, rouge vif, il était brûlant et parsemé de petites fleurs naissante en train d’éclore sous nos yeux ébahis. De petites tiges, celles du fouet et de petites bulles de sang sous la peau, comme un bourgeon, celui du cracker. Des petites bulles toutes en relief qui, au fil du temps, s’aplanissaient pour éclore en s’élargissant. C’était beau, c’était chaud, c’était le printemps sur son cul et dans ma tête, c’était merveilleux.

Je me suis laissée tentée à un petit moment douloureux moi aussi, beaucoup plus sobre malgré tout, car il est bien difficile de s’abandonner aux mains d’un autre, c’est un voyage qui pour moi se fait à deux et se mêle à d’innombrables sentiments. C’était très agréable et fort charitable de la part de Maître T qui sait bel et bien manier fouet et martinet comme personne. Malheureusement, 22h arrivait bien vite et nous avons du quitter les lieux. Nous avons réussi à trouver quelques sushis à emporter sur la route et nous avons continué la soirée à mon hôtel. Nous avons énormément échangé et passé un moment plus qu’agréable. Projets sur la comète, j’avais des étoiles plein les yeux, la tête dans les nuages.

Nous nous sommes quittés à 2 heures du matin passé cette nuit-là, leur départ sonnait le glas de mon superbe voyage. Le dimanche commençait ma redescente, assez rude, mais entourée par mon Maître papang, avec qui je passais la journée. Ses bras réconfortants et son amour sans faille m’ont aidé à ne pas défaillir. J’étais si heureuse de terminer mon voyage avec lui.

Je voulais remercier une fois encore toutes ses personnes que j’ai pu croiser le long de mon fabuleux voyage. De belles personnes à chaque fois, des gens qui sont là toute l’année, mais derrière leur écran, dans l’ombre, silencieux ou presque. Chacun d’entre vous m’a permis un périple global au-delà de tout ce que j’ai bien pu m’imaginer. La bienveillance, l’accueil chaleureux à chaque fois, l’enthousiasme dont à fait preuve chacun des artisans, chacun de mes hôtes m’a motivé plus encore et grâce à vous, j’ai pu vivre mes plus belles vacances. Je ne pense pas pouvoir revivre ça un jour, c’était un voyage unique mais je compte bien à l’avenir vous revoir les uns et les autres au détour de séjours plus ciblés et plus court, tout au long des mois, des années à venir.

Un immense merci !

À très bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *