Bisexuelle

EN TETE

Après la tuerie qu’il vient de se produire à Orlando, j’ai décidé de précipiter un peu mon planning pour publier aujourd’hui un article que je comptais vous préparer pour dans une quinzaine de jours. Aujourd’hui encore bien malheureusement l’homme ne peut s’empêcher de juger et de décider de la vie ou de la mort d’autrui pour quelques idéologies religieuses et totalement personnelles. Je ne veux pas rentrer dans un débat culturel mais simplement dire qu’aujourd’hui je regrette par exemple de devoir vivre cachée pour ces simples motifs. Car en plus d’être soumise je suis bisexuelle, et c’est tout l’objet de l’article que je vous rédige ici…

162057541940Ligne

Je vais me reprendre : me qualifier de bisexuelle est un bien grand mot. Pour l’heure, je suis surtout hétéroflexible. Je l’ai appris il y a peu; une femme bisexuelle peut vivre en couple avec soit un homme ou une femme, tandis qu’une femme hétéroflexible peut coucher avec les deux mais n’avoir de sentiments amoureux que pour les hommes. Enfin bon, pour moi tout ça ce ne sont que des petites cases bien cloisonnées. Les termes exacts pour me qualifier ne m’intéressent pas vraiment, ce qui importe c’est ce que je ressens au fond de moi. Aujourd’hui je ne suis jamais tombé amoureuse d’une femme, mais je n’ai aucune certitude à ce sujet, je suis certaines que je peux avoir autant de sentiments pour un homme qu’une femme. Bien entendu je peux me tromper, mais dès l’instant où j’ai du désir sexuel pour une femme je ne vois pas comment je pourrais ne pas avoir davantage de sentiments pour elle.

Sentimentalement, je ne fais aucune différence entre un homme et une femme.

162057541940Ligne

Jugement et a priori

Depuis mes premiers pas dans la sexualité, j’ai appris à refouler tous mes désirs, les plus pervers, les plus hards, mais aussi les plus déviants, dont celui que j’avais pour les femmes bien entendu. Je suis de « bonne famille » comme nous pourrions le dire bien maladroitement et assumer tous mes plaisirs charnels même au centième provoquerai une crise cardiaque à beaucoup de mes proches. Ils vivent bien mieux dans l’ignorance, d’autant plus que je n’ai pas nécessairement envie d’étaler ma vie sexuelle à leurs yeux. J’ai beaucoup de mal avec le jugement des autres que je préfère garder beaucoup de choses pour moi, je ne suis pas du style à me faire briller par mes exploits sexuels ou mon expérience et je n’ai pas besoin non plus de l’avis des autres pour avancer à ce sujet.

12599630981550210799bi-logo.svg.hi

Ayant toujours été une demoiselle très gourmande, je me satisfaisait sexuellement largement avec les hommes, d’autant plus qu’aborder une femme à l’aube de ses 15 ans, ce n’est pas chose facile. J’ai d’abord subit mes hormones de plein fouet et je me suis laissée vivre avec des hommes qui venaient à moi, je n’ai pas eu l’habitude d’aller au devant pour tout ce qui concerne la séduction. Et bien malheureusement, aucune femme n’est d’elle-même venue à moi… Pourtant… Qu’est-ce que j’aurai adoré ! J’ai déjà flirté et dragué quelques jolies jeunes demoiselles sur la toile à mes heures perdue et dans mes années folles, mais j’en suis restée à ce stade à chaque fois. Jusqu’au jour où cela s’est miraculeusement produit, sans que je ne recherche rien.

bisexualite

Aujourd’hui encore mon entourage ne sait rien de tout ça, et je ne compte pas les mettre au courant un jour. Je resterai pour eux l’éternel célibataire ! Car quoi que l’on en dise, même si l’homosexualité est de plus en plus acceptée dans nos sociétés, il n’en reste pas moins de jugement et de discriminations. Alors pour le masochisme tout comme la soumission et la bisexualité, je préfère garder le silence sur tout cela.

162057541940Ligne

Une solitude de femme

FB_IMG_1465641674543Oui, c’est assez triste mais vous n’imaginez pas la solitude que j’ai pu ressentir un jour ou l’autre concernant tous ses aspects de ma vie. D’ailleurs, je suis certaine que je suis loin d’être la seule. C’est valable autant pour le BDSM que la bisexualité, vivre un quotidien sans jamais pouvoir partager tout ça a longtemps été une source de souffrance pour la jeune femme que j’étais. Aujourd’hui, ça n’est peut-être pas grand-chose pour certains mais cela m’a fait un bien fou lorsque j’ai rencontré mon Maître et quand j’ai enfin pu assumer toute cette partie de moi qui me caractérise pourtant tellement !

Dire à quelqu’un tout le désir que j’ai pour les femmes, être entendue et comprise, même encouragée. Voilà en partie pourquoi j’adore mon blog aujourd’hui, j’écris à cœur ouvert tous mes désirs les plus fous, j’assume tout, je dévoile tout, et j’adore ça. Mon Maître et mon blog par extension sont devenus pour moi de véritables fenêtres de respiration : vitales.

FB_IMG_1465641720354Les personnes extérieures ont bien du mal à comprendre, ne tolère pas et jugent trop facilement. A terme soit ils finissent par me faire la morale, ou encore me rejeter. Il y a encore quelques jours de cela, c’était d’actualité. J’ai rencontré une jeune femme dernièrement et j’ai préféré jouer franc jeu avec elle. Lorsque je lui ai dit toute la vérité à mon sujet elle m’a aussitôt prise en pitié et sermonné…

Aujourd’hui, j’apprends encore à me protéger du jugement des autres et malheureusement je suis amenée à “verrouiller” davantage sur certains aspects de ma vie. Personne d’autre que lui n’a cette place de confident pour moi. Jadis j’aurais regretté cette posture de peur de le perdre un jour et de m’enfoncer dans une solitude totale et infinie. Sauf qu’aujourd’hui je n’ai plus le choix que de vivre ma vie ainsi, car les seules personnes dans la confidence avec moi m’ont tous abandonnés les uns après les autres. CQFD

162057541940Ligne

tatu-1080x1920Une influence médiatique

Maintenant, je vais vous parler de choses beaucoup plus sympathiques : l’influence médiatique et tout ce qu’elle aura eu sur moi.

J’ai lu encore sur twitter hier une question assez intrigante et pas bête du tout qui m’a beaucoup fait réfléchir et auquel je n’ai pas vraiment su répondre : « Pour vous, l’homosexualité est-elle un mouvement de mode ou pas ? » Sachant aussi que j’ai il y a de cela quelque jours vu une statistique dont je ne me rappelle plus le chiffre exact qui révélait un bon énorme dans le pourcentage d’homosexuels ces 10 dernières années. Soit, on peut avoir différents avis sur la question. Personnellement, sans parler non plus de « mode » je crois que l’influence médiatique joue un rôle dans tout ça et que l’évolution de notre société nous rend ainsi plus ouvert sexuellement et surement plus disposés à aller au bout de ce genre de désir qu’il y a de cela 100ans. Quoi qu’on en dise, les médias sont aujourd’hui un facteur intrinsèque dans nos sexualités respectives qui a beaucoup d’impact. La pornographie de plus en plus accessible sur le net et tout ce mouvement d’émancipation sexuel, cette ouverture bien qu’encore trop cloisonnée du rapport au sexe dans nos quotidiens nous fait évoluer.

Pour en revenir à nos moutons et pour vous évoquer mon expérience personnelle vis-à-vis de ma bisexualité, je l’affirmer : l’influence médiatique m’a permis d’avancer. Tout a commencé avec ce film sur lequel je suis tombée totalement par hasard en zappant à la télé : Fucking Åmål.

ShowMeLove_704

L’histoire simple de deux jeunes filles vers leurs propre désirs d’adolescente, je suis tombé sur le bon film au bon moment, j’avais leurs âge et je me retrouvais à la fois dans l’une et dans l’autre. Ce film m’a d’abord plu, mais il m’a fait comprendre que moi aussi j’avais envie de vivre ces choses-là, et que rien n’était alors impossible ! De son titre anglais « Show me love » n’a fait que mettre de l’huile sur ce petit feu qui brûlait déjà en moi, j’avais 12ans.

site_28_rand_889142068_show_me_love_pub_627

Etant très curieuse j’ai compris que j’arriverais à me faire du bien à regarder deux femmes ensemble, à défaut de n’avoir la possibilité de le vivre moi-même. Alors je me suis mise à rechercher des vidéos sur internet. Naturellement, j’ai très vite été déçue et insatisfaite. Toutes ses fausses vidéos de sexe que je pouvais trouver par millier (étudié très probablement pour les hommes) où deux bimbos blondes et siliconées se léchaient le minou en simulant des gémissements surjoués. Des scénarios improbables avec des émotions sans aucune profondeur. J’ai donc rapidement laissé tomber les films pornos car j’ai très vite compris que ce n’étais pas ce que je recherchais. Ce n’est que quelques années plus tard que je me suis mise à regarder tous les films possible et inimaginable en terme de romance lesbienne. En passant de la série « The L word » à « Boys don’t cry », « Love my life » « rebelles » « Better than Chocolate » et tant d’autre, en terminant dernièrement par « La vie d’adèle » avec des scènes incroyablement torrides et le très touchant « La belle saison » avec Izia Higelin (actrice et chanteuse avant tout que j’adore vraiment beaucoup beaucoup !)

t.A.T.u. The Best

Puis il y a eu « Tatu », deux jeunes chanteuses pop qui ont cartonné avec deux tubes très commerciaux pendant mon adolescence. Deux belles prétendue lesbiennes, deux visages d’ange en mini-jupe et chemise cravate qui se galoche langoureusement sous la pluie avec leurs petits cartables dans le dos. Je dois reconnaître que ces deux nanas m’ont mis le feu. Deux visages innocents au désir brûlant, il y avait quelque chose de très sexuel entre elles et j’ai adoré ça. C’était tout moi ! Je me suis projetée en elle et là j’ai compris que je débordais d’envies et qu’il ne fallait pas que je les réfrène sans fin. J’aurai cependant gardé tout ça pour moi très longtemps…

162057541940Ligne

Rencontre échangiste - seconde partie
Rencontre échangiste – seconde partie

Mon expérience

J’ai laissé dormir cette envie quelque part dans ma tête. Lorsque j’y pensais je me masturbais et ça me passait, comme toutes les envies de hard que j’avais déjà à l’époque. J’ai eu un petit copain, puis le deuxième et le troisième qui n’aurons jamais rien su de tout cela. J’avais honte, et peur de leurs jugements. Jusqu’au jour où j’ai rencontré celui qui m’a fait oublier tout le reste. A notre rupture, lorsque j’ai repris peu à peu une vie sociale de jeune femme célibataire, j’ai commencé à devenir boulimique sexuellement, j’ai vu beaucoup d’hommes, beaucoup, et j’étais très insatisfaite… Puis j’ai rencontré ce fameux couple, deux amoureux qui recherchaient une fille pour passer quelques nuits ensemble tous les trois. J’y suis allé mais très timidement, c’était le moment ou jamais. Le courant est très bien passé et nous nous sommes revus, deux fois puis trois. C’était super. Jusqu’au jour où (même si je n’ai rien contre lui c’est clair) j’ai eu envie de ne plus partager ça avec un homme. Mais là encore je n’ai pas eu la possibilité de rencontrer la fille de mes envies.

J’ai rencontré d’autres hommes car ma soif de bite est toujours restée présente elle aussi, et je ne voyais mon avenir sentimental qu’avec des hommes, je n’ai jamais cherché à me mettre en couple avec une fille, je n’en ai pas exprimé le besoin.

DSC_0426

J’ai réussi à faire de nouvelles rencontres depuis que je suis avec mon Maître, notre relation étant stable, nous avons lui et moi pris le temps de rechercher sérieusement des femmes pour du libertinage. Nous n’avons jamais réussi à rencontrer de femmes seules, mais quelques couples oui. J’ai vécu de très belles choses avec mon Maître et ses femmes (j’ai rédigé deux séries de trois charmants articles à ce sujet, que vous pourrez commencer à lire dans cet article pour le premier et dans celui-ci pour le second)

162057541940Ligne

Mes envies

Elles sont multiples et infinies ! J’ai toujours eu du désir pour les femmes et je crois que j’en aurai toujours, cependant même si sentimentalement je serais capable d’en donner autant à l’un qu’à l’autre, dans la façon d’agir c’est très différent. Il n’est plus vraiment question pour moi de domination ou de soumission, même si quelque part, me faire dominer par une femme ne m’aurai causé aucun problème bien au contraire.

J’ai le sentiment étrange d’avoir un équilibre beaucoup plus vanille avec les femmes qu’avec les hommes. Pour moi, l’homme qui me traitera bien me brutalisera et me soumettra. Tandis qu’avec elles cela sera plutôt au contraire doux et sensuelle, et j’aimerais à l’inverse beaucoup ça. Je serais capable de passer des heures à me laisser caresser par les mains douces et voluptueuse d’une femme, me laisser embrasser sensuellement  de ses lèvres pulpeuses et sucrées.

Il faut l’avoir vécu pour savoir… j’en suis devenue totalement envoutée si ce n’est  même dépendante. Une femme c’est une attitude tendre et sensuelle, des doigts doux et le geste léger, une peau lisse et délicate, un mouvement féminin et de la poésie dans les gestes. En tout cas c’est ainsi que je les aime…

J’apprécie la féminité d’une femme, sa coquetterie, et contrairement à certaines lesbiennes qui sont de vraie camionneuse, je n’arriverais pas moi à être attirée par ses “garçons manqués”. J’aime ces petits détails l’air de rien comme lorsque nous avions rencontré ce couple la toute première fois : sa robe, ses sous-vêtements et son odeur de femme.

162057541940Ligne

Séance échangiste - partie I
Séance échangiste – partie I

L’histoire d’un fantasme – Ma recherche

Aujourd’hui nous avons avancé mon Maître et moi, et notre couple a évolué. Mon Maître à toujours consenti à ce que nous puissions me faire rencontrer des femmes mais son planning est chargé et nous manquons tous les deux cruellement de temps pour accorder nos vies et rencontrer des couples. Aujourd’hui, il consent à me laisser faire des rencontres féminines de mon côté, quelle qu’elle soit (sauf bien entendu dans un contexte de domination, je n’ai qu’un seul dominant sur cette terre et c’est lui)

Dans mon idéal, et dans mon grand fantasme de toujours, j’aimerais rencontrer une femme qui soit comme moi, soumise elle aussi et avec un Maître cela ne me poserai aucun problème, et que nous puissions à terme vivre ensemble, partager notre vie tout en gardant nos deux Maître respectifs, sans que l’un n’empiète jamais sur l’autre. J’y ai déjà sérieusement réfléchi depuis de longs mois si ce n’est de longues années, mais tout comme je lisais Céline Messine le dire avant moi, c’est une situation visiblement impossible à vivre, bien que je sois quelqu’un qui ne lâchera jamais, toujours très positive.

Malgré tout, aujourd’hui je devine chez les soumises comme une peu de scepticisme ou de gêne à venir à mon contact, voilà que mon image me fait défaut…

En tous les cas aujourd’hui je suis ouverte à beaucoup de choses et bien heureuse que mon Maître me laisse cette liberté d’avancer, je vais profiter de cela pour aller au bout de toutes mes envies…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *