Notre rencontre échangiste – Première partie

LET

Comme prévu depuis de long jours, nous arrivions à échéance. J’avais hâte au moins autant que j’avais peur. C’était un peu le stress, mais un stress très excitant. Nous nous apprêtions mon Maître et moi à vivre quelque chose d’un peu différent; une séance de partage, une séance échangiste. Nous devions rencontrer un couple adultère; Angélique et David, deux cinquantenaire très gourmands. Cependant, il y avait quelques petits détails d’importance. Madame et moi même allions être “offertes”. Angélique plus encore que moi, elle serait le noyau central de la séance autour duquel nous tournerions tous les trois. J’étais impatiente, car cela faisait déjà bien longtemps que je n’avais eu l’occasion de goûter aux chairs féminines (cf rencontre féminine)

20160127_090715Pour cette journée en prévision, je décidais de me vêtir tout de noir et de violet. De jolis bas noir et un corset, des sous-vêtements très coquins en dentelle. Nous avions rendez-vous à 14 heures à l’hôtel. Nous nous retrouvons mon Maître et moi avant de rejoindre le couple qui était déjà dans la chambre et nous attendaient. Je suis prête à jouir déjà, je n’attends que ça, je suis trop impatiente comme toujours, je n’ai pas jouis depuis au moins 10 jours et l’idée de cette rencontre me met littéralement en ébullition.

Nous arrivons devant la porte de la chambre et mon Maître toc. Rapidement David vient nous ouvrir. C’est un homme assez mûr, beaucoup plus âgé que moi, mais c’est une bonne chose, je dois bien reconnaître que l’idée de me faire baiser par un homme de son âge m’excite assez. Je sais qu’il va me faire des choses et réciproquement. Je ne sais rien de plus, d’ailleurs, je ne lui ai jamais adressé la parole avant et je n’avais jamais vu sa tête, c’était la découverte totale.

Angélique comme je l’avais fantasmé quelques jours auparavant se tenait là, debout, sagement et silencieusement offerte. J’avais écrit un début de scénario à la demande de mon Maître sur “comment j’aimerais débuter notre séance” et voilà mon vœux exhaussé. Plus exactement, je songeais et m’imaginais avoir cette femme devant moi, les yeux bandés, avec des vêtements que je pourrais facilement lui retirer tout en lui tournant autour, tout en lui parlant. Tout ce que je sais à cet instant c’est qu’Angélique aime qu’on lui parle, elle aime se faire exciter “par l’oreille”, jouir des mots sale que j’allais lui chuchoter à l’oreille. Pour moi c’était parfait puisque tout comme elle j’adore ça.

Nous nous saluons avec David dans le plus grand des silences, Angélique comprends bien ce qu’il se passe autour d’elle mais ne vois rien et n’entends presque rien sauf le bruit doux de nos pas sur la moquette et le frottement des vestes dont nous nous débarrassons mon Maître et moi.

12631523_238027583195524_1562530322411233270_n (2)

J’avais consigne d’apprendre un texte de la plume de mon Maître quelques jours auparavant. Il était à l’attention de David, et servait à la fois je suppose à m’exciter un peu et me préparer à cette rencontre, mais aussi pour qu’a la lecture lors de notre rendez-vous je puisse me présenter joliment à cet homme et poser par la même occasion quelques petites consignes sur mon rôle et mon devoir de soumise en ce jour. J’attendis le moment le plus opportun pour capter l’attention de ces messieurs et le moment venu, je me mis à réciter de la meilleur des façons qu’il soit, et le plus naturellement possible mon texte, même si je restais bien tremblotante devant ces deux hommes, intimidée et toute petite, honteusement fière de me présenter ici devant lui comme la petite salope nympho de Monsieur.

Je suis clarisse, petit salope, nymphomane,

J’appartiens à Monsieur, je suis sa chienne soumise, son jouet.

Tout ce qui touche à mon plaisir lui appartient. Il choisit quand, comment et avec qui je jouis… si je jouis.

J’aime que Monsieur me contraigne, qu’il me malmène.

Je lui doit une ouverture constante à mon corps, devant derrière, en bas et en haut. Je ne saurais lui refuser de me prendre comme il le veux.

Si Monsieur me demande de vous obéir, vous pourrez alors faire de moi tout ce que vous désirez.

Vous pourrez alors profiter de tous mes trous et laisser libre court à tous vos fantasmes, même les plus sombres.

Vous pourrez m’attacher, me corriger ou me frustrer. Vous pourrez également me demander de m’exhiber, m’humilier, me faire sucer ou encore me baiser.

Je suis Clarisse et j’espère vous satisfaire Monsieur David, vous et Angélique également. Tout cela surtout dans l’objectif de satisfaire pleinement mon Maître.

Voilà, c’est passé, je me sens soulagée tout à coup, j’avais pris soin de fermer les yeux pour ne pas me laisser déstabiliser par leurs regards, mais lorsque je les ai ré-ouvert, j’ai croisé le regard de ses deux hommes et je réalisais enfin le poids de tout ce que je venais de dire… Me faire utiliser, corriger ou encore baiser par cet inconnu, ou avais-je la tête? Dans ma chatte très certainement, à écouter la mélodie pulsatile de mes émotions intérieures, sentir couler chaleureusement ses effets au creux de mon antre. Quelle belle salope ! Je crois même avec certitude que j’en suis très fière. Des frissons me parcouraient tout le corps l’instant d’une seconde. J’étais chaude comme la braise ! Mais mon regard s’est vite détourné, le meilleur m’attendait là, debout, silencieusement, je crois même avoir deviné un léger sourire crispé et hâtif sur ses lèvres. Angélique a senti le rapprochement et je vis dans son attitude l’excitation et le stress monté. Elle reprit son souffle lentement comme pour canaliser son stress. Nous allions désormais passer aux choses sérieuses; j’allais prendre en main cette jolie femme qui n’attendait plus que nous !

20160127_090707

Me voila toute proche d’elle, je lui adresse quelques mots comme cela était prévu, je lui fait remarquer que je la trouve très charmante, très excitante. Elle me remercie en souriant légèrement, je sens bien qu’elle est très excitée. Mon Maître lui fait un petit topo sur le déroulement de la séance; dès que je m’adresserais à elle, elle se devrait de répondre à mon Maître, toujours en l’appelant “Monsieur” comme si je n’existais qu’en étant l’extension de mon Maître, comme s’il agissait par mon biais. Personnellement, j’aimais beaucoup l’idée. Nous n’avions jamais autant fait qu’un lui et moi. Je serais le pantin de mon Maître, sa main féminine, et tout l’honneur le lui reviendrais. Je me devais alors d’être à sa hauteur tout naturellement, d’agir pour ne chercher qu’a le satisfaire et d’attraper par ce biais le maximum de plaisir ! Angélique à très vite compris le concept, c’était parfait, toutes les bases étaient posées désormais, nous pouvions passer aux choses intéressantes, madame était à point, je pouvais alors m’activer à cultiver son plaisir, notre plaisir, mon plaisir.

Alors que nous nous tenons tous deux de chaque côté d’Angélique, nous nous échangeons un regard très complice mon Maître et moi, et d’un clin d’œil seulement, je comprends aussitôt dans ses yeux que j’ai son aval. Cette femme est toute à moi désormais, je vais pouvoir faire d’elle tout ce dont j’aurais envie… !

Pour lire cet article en entier :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *