Mon Maître, cet homme…

Il est temps pour moi de vous parler du plus important; mon Maître. Aujourd’hui, je peux désormais vous dire qu’il est devenu, à très juste titre, le personnage central de ma vie. J’arrive à un moment de maturation qui m’a conduit déjà vers de nombreux questionnements, renvoyé à de longues réflexions intérieures, et provoqué ensuite une véritable prise de conscience personnelle. Ainsi, je suis en mesure aujourd’hui de reprendre cet article pour en créer un à l’image de mon Maître, de lui donner un article à la hauteur de sa personne.

Je sais que nous ne nous connaissons encore que trop peu, une dizaine de mois dans toute une vie ce n’est rien. Mais cela m’est suffisant pour me donner déjà de nombreuses certitudes (qui n’ont pas toujours été d’une évidence certaine) quant à mon Maître. Je sais aujourd’hui sans nul doute qui il est pour moi, ce que je lui dois et tout ce qu’il m’apporte dans ma vie. Je sais le poids de son absence, mais aussi,  en opposition, celui de sa présence. Je prends conscience de toute la dévotion que j’ai pour lui, ce sentiment d’appartenance qu’il à fait naître en moi. J’arrive maintenant à parler de relation, et de couple même, bien que totalement atypique, avec tout le sens que cela peut avoir pour nous.

Mon Maître est un homme simple, correcte, quelqu’un de commun aux yeux du monde avec néanmoins ce regard mature, respectueux et réfléchi sur tout ce sur quoi il se questionne. Mais aussi ce petit brin décalé, qui pousse cet homme honnête avec lui même à vivre et assumer ses attirances tout naturellement et assouvir ses désirs sexuels sans faire de cela quelque chose d’exceptionnel, ni prendre la grosse tête. Souvent d’ailleurs, aujourd’hui, il me répète encore sincèrement qu’il n’y est pour rien dans une bonne partie de mon éducation, que c’est en partie grâce à moi, parce que je suis “bonne élève”. Personnellement je pense surtout qu’il ne se rend pas compte de tout le bien qu’il me fait. Je bois toutes ses paroles, et je l’écoute avec une attention comme je n’en avais jamais fait preuve avec un homme avant lui. Aujourd’hui aussi, je sais qu’il m’apportera toujours son aide à la moindre difficulté. Cependant, jamais je n’oserais abuser de celle-ci mais l’idée simplement m’apaise et me permet d’aborder un avenir à ses cotés sereinement.  Ces derniers temps la vie m’a un peu mis à l’épreuve, ces 22 jours à l’attendre m’ont poussé à me remettre en question sur ma vie, mon devenir, et désormais j’ai la certitude plus inébranlable que jamais que mon avenir je le veux avec lui, et pas autrement qu’a ses pieds. Il me rend pleine et accomplie, heureuse et sereine.

Je ne compte pas faire de lui un portrait de demi-dieu juste pour faire un article bien comme il faut et je ne compte pas non plus vous dire que mon Maître est l’incarnation exacte de la perfection masculine. Peut-être qu’une “bonne” soumise se le devrait, alors je fait le choix de ne pas en être. Je vais simplement vous expliquer qui est cet homme dans l’ombre de Clarisse Calliopé (rien d’autre qu’une bloggeuse virtuelle), mais dans ma lumière à moi : sa soumise.

DSCF5348

Travail de pédagogie…

Monsieur possède en lui cette capacité toute naturelle à “élever”, et je pense que c’est en cela que ça fait de lui un très bon “éducateur”. Je trouve qu’il s’agit là de sa première qualité de Maître et non pas seulement de dominant. Je le sens souvent très subtilement me prendre par la main pour m’accompagner vers des chemins de pensée différents, moins cloisonnés, plus ouverts. Et je me surprends cette fois à remettre en doute certaines de mes certitudes personnelles. Je commence également à voir toute la répercussion positive que cela peut avoir dans ma vie. J’avance ainsi dans ma soumission, tout en préservant mon caractère. Monsieur ne m’impose pas un schémas de pensé à avoir (et cela ne serait la solution pour personne) mais m’y conduit avec succès dans le savoir faire et la patience. Ainsi il fait de moi une soumise réceptive et totalement à l’écoute, dans le désir perpétuel de m’améliorer toujours un peu plus pour lui.

Le vice dans sa personne, ses perversions…

Avant tout, mon Maître est un homme sadique, ses excitations les plus fortes à ce jour naissent des situations ou il inflige la douleur. Bien entendu mon Maître est un homme, sa source de plaisir vient naturellement aussi d’une sexualité banale, mais toujours nécessairement au minimum avec cette petite touche de brutalité sadique, plus ou moins marquée et présente. Malgré tout le plaisir qu’il trouve dans une situation légèrement sadique, son véritable plaisir se trouve dans l’instant ou la douleur qu’il m’inflige se répercute sur moi, ou il est vraiment question de sévices. Il aime me voir plier sous les coups, rougir et réagir, lorsque je gémis, lorsque je l’appelle, et lorsque nos regards se croisent dans ses moments là. Quand mes yeux reflètent la crainte, la plainte, le stress et la douleur, quand ils réclament, quand ils supplient et lorsqu’ils pleurent aussi. Étant donné nos excitations respectives, lui pour le sadisme et moi le masochisme, on peu simplement dire que c’est un échange de bons procédés entre nous… Il adore repousser mes limites et me maltraiter toujours un peu plus à chacune de nos rencontres, et moi avide de plaisirs nouveaux, empreint d’une curiosité sans limite. Et ainsi je deviens sa muse, sa souris de laboratoire, sa créature, une étrange curiosité sur laquelle il s’essaie pour voir un peu ce que cela me fait, comment je réagis, et surtout comment cela lui plaît au travers de ce que je lui renvoie.

Entre la sévérité du sadisme et la justesse du jugement…

Son regard peu devenir si noir par moment, et se sont ces instants que je préfère le plus parfois. Toujours avec un brin de provocation, j’aime faire de petites “bétises” simplement pour aller chercher en lui ce regard noir et froid qui me donne tant de frissons. Par contre, je n’en abuse pas car après avoir attirer ses foudres, comme il le dit si bien “maintenant il faut assumer! ” Ce qui me fait étrangement très peur mais m’excite paradoxalement tout autant… Mais tout ce cheminement sexuel en moi, il le connaît déjà très bien, voila pourquoi il réagi comme ça avec moi. Pour en arriver là, Monsieur à toujours été à mon écoute, il réussi à évaluer mes attentes, qu’elles soient conscientes ou inconscientes. C’est pourquoi jusqu’alors, malgré des situations de contraintes qui lui plaisent tant, je n’ai jamais vraiment été comme cela aurai très bien pu être le cas, (entre les doigts d’un homme sans considération, égoïstement fermé sur son plaisir personnel, sans songer une seconde à celui de sa soumise), contrainte à faire quelque chose qui me rebute totalement et qui n’en devienne à l’extrême totalement contreproductif. Si un jour nous atteignons ce point, je pense qu’il sera sérieusement temps de remettre en question l’équilibre de notre relation.

De l’émotion, de la considération…

10984608_173496472981969_1701768743247172521_nBeaucoup pensent il me semble, et j’ai cru que cela était meilleur dans ce type de relation pendant longtemps moi aussi, qu’il fallait toujours baser ce type de relation dans un assentimentalisme de rigueur pour en faire quelque chose de pleinement BDSM et de qualité. Je me suis trompé, car quoi que l’on disent, sans même vouloir parler d’amour , il est primordial de ne pas agir sur son ou sa soumis(e) uniquement comme s’il (elle) était un morceau de viande, car même s’il s’agit de SM il n’est pas question de destruction, ni physique, ni mentale. Sans surprise, pour cela, il faut faire preuve de bienveillance, de délicatesse par instants mais surtout faire preuve d’émotions, et non pas agir comme un être de sang froid. Avec lui j’ai cette consideration, une considération  à la hauteur de mon rang bien entendu, une considération que  je n’attends pas de lui, mais que je reçoit bien gracieusement de sa part, et cela m’apporte beaucoup de bien – être.   Avant mon Maître, j’avançais dans la mauvaise direction, je cherchais tout le contraire, pour très probablement plus de souffrance. Et aujourd’hui sous son aile, je suis bien heureuse de pouvoir affirmer que j’ai été sauvée des griffes de nombreux rapaces sans aucunes émotions, aucune considération, ce qui aurai un jour fini par me dévaster totalement.

Un être bien pensant…

Mon Maître est un homme qui n’aime pas les relations de surface, il m’a bien expliqué au tout départ que s’il s’agissait de faire de moi sa soumise uniquement pour me baiser, me maltraiter de temps à autre simplement, et claquer la porte ensuite pour ne refaire surface que lorsque ses hormones reviendraient le titiller, je pouvais passer mon chemin. Pourtant mon Maître se défini plutôt Sadique que Maître, mais je pense surtout qu’il dit cela car il manque vraiment de prétention. Ce qui n’est pas sans me déplaire, car je ne suis pas de se monde de prétention moi non plus, et j’aime beaucoup cet aspect là de sa personnalité. Monsieur apprécie le travail qu’il peut faire sur moi autrement que sur le plan purement physique, bien que toujours plus ou moins sexuel, mais beaucoup plus cérébral. Ainsi, nous discutons beaucoup de nos pratiques, il aime à savoir tous mes ressentis, mes émotions. Et c’est en cela d’ailleurs qu’il m’a demandé si je voulais créer ce blog.

Ce qui fait que c’est lui, par dessus tout le reste…

Avant tout comme je le disais précédemment, mon Maître est un homme humble. Contrairement à beaucoup d’hommes dans le BDSM il n’a pas la grosse tête, il à la sagesse, voila tout, et ça, à mes yeux, cela force le respect. De plus je ressens chez lui cette suppériorité constante, que se soit dans la réflexion, dans la culture, dans l’expérience, ce qui me rend toujours attentive à lui, ouverte à tous ses propos, et je pense que c’est grâce à cela que j’écoute et j’obéis si bien à cet homme. Car je sais sa valeur exacte, ainsi que la justesse de ses mots.

Aussi, Monsieur est très valorisant envers moi, et cela me fait énormément de bien. Il sait me remplir de positif et me donne de cette façon l’impulsion dont j’ai besoin parfois pour avancer : apprendre à aimer mon corps, le montrer, me faire reconnaître que mes écrits ne sont certes pas parfait mais Peuvent être appréciables et d’assez bonne qualité, et ainsi  me donner l’envie de publier, etc

De plus j’aime chez mon Maître tous ses petits détails chez lui , l’intensité indescriptible de son regard, la force avec laquelle il peut rencontrer le mien. Dans le même registre, cette façon parfois très poétique qu’il à d’entreprendre mon corps, comme lorsqu’il quitte mon appartement et qu’avec la plus grande des délicatesses il glisse sa main sous ma jupe et passe quelque doigts dans mon orifice, pour ainsi les recouvrir de mes secrétions, et alors pouvoir garder mon odeur sur lui encore le temps du trajet du retour, et moi, je l’imagine ensuite nostalgique, souriant au souvenir de notre séance passé tous les deux en respirant l’odeur de mon corps brulant qu’il aime tant. Aussi lorsque je pleure et qu’il viens essuyer de son doigt ma joue avant de le porter à ses lèvres alors que nos regard se rejoignent avec profondeur, lorsqu’il goûte mes larmes dont il est lui même le responsable. J’aime sa façon qu’il à de parler de moi, lorsqu’il dit que je suis une “bonne gosse” mais aussi lorsqu’il m’empoigne fermement la mâchoire avant de m’embrasser avec force.

Voila, tout ce qui fait de cet homme le Maître qu’il est…

De notre rencontre à la naissance de notre relation, ou nous avons appris par la suite à assembler nos personnalités, de cette façon nous avons trouvé notre équilibre ensemble, hors du commun mais l’équilibre tout de même. J’ai compris ses attentes, et petit à petit j’ai pris la place que je cherchais, celle qu’il désirais que je prenne et qui me convient parfaitement, là ou les rôles sont sans équivoque. En est né notre relation, qu’aujourd’hui je chérie tel le bien le plus précieux que je puisse posséder désormais. Il est l’homme qui m’a prise tel un négatif photo pour me “révéler” enfin, un homme à qui je dois déjà tellement…

dscf53521

Bien à vous Monsieur…

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *